Londres calling

samedi 16 août 2014

Le Queen Elizabeth Olympic Park

Image 8


L'autre jour j'ai enfin été me promener dans le dernier-né des parcs londoniens: le Queen Elizabeth Olympic Park. Je l'avais découvert en 2012 lors des Jeux Olympiques. Après deux ans de travaux d'aménagement, il a réouvert en avril cette année.  

L'entrée principale se trouve à Stratford, où l'on doit traverser le centre commercial géant de Westfield avant de pouvoir accéder aux espaces verts. La première chose que l'on voit, c'est le centre aquatique de Zaha Hadid:

Image 31

Après avoir accueilli les exploits de Tom Daley et compagnie, c'est aujourd'hui une piscine publique. Vous pouvez vous y baigner et vous prendre pour un champion de nage papillon (mais mieux vaut réserver en avance, toutes les infos ici). Il y aussi une galerie pour les spectateurs, que j'ai ratée mais qui vaux sans doute le détour car le lieu en forme de baleine, et ses plongeoirs élégants ont vraiment l'air super.

On peut également simplement se promener autour du stade (toujours en travaux) et de l'Orbit:

Image 5

Mais je trouve cette tour d'observation décevante esthétiquement, et je ne suis pas prête à débourser 15 livres pour ça, en tout cas pas cette fois ci. Si vous y êtes allé dites moi ce que vous en avez pensé!

Peut être que quelques descentes sur le toboggan traditionnel, le Helter Skelter, dont la forme a inspiré celle du Orbit, valent-elles plus la peine?

Image 23

Sinon pour la vue vous pouvez toujours pique-niquer sur le South Lawn, avec vue sur Canary Warf et le Shard:

Image 24

Et le café View Tube, juste au sud du parc existe toujours, et est toujours aussi sympa.

Mais je dirais que ce qui vaut vraiment le coup d'oeil, ce sont les jolis jardins dessinés par les mêmes paysagistes que la fameuse High Line de New York. 

Image 25

Image 13

Image 15

 

De jolies plates-bandes, des zones très variées, des bancs un peu différents, des installations d'artistes... Il y a toujours quelque chose d'un peu inattendu au détour d'un chemin.

Image 27

Image 9

Image 21

 

Dommage que les immeubles moches des alentours gâchent l'horizon...

Image 28

Il y a aussi 25 oeuvres d'art installées dans le parc, dont celle-ci:

Image 2

 

 

Vous pouvez découvrir les oeuvres d'art et bien d'autres choses grâce à des balades toute préparées. Il y a même un parcours pour les enfants à télécharger. Les petits par ailleurs adoreront les fontaines et les terrains de jeux, et même d'escalade, situés au centre du parc:

Image 29

Image 22

Remontez la grande esplanade vers le nord pour vous promener dans une zone un peu plus sauvage, avec des marécages aux bords de la Lea River.

IMG_1477

IMG_1483

IMG_1480

IMG_1537

Vous y trouverez également le Timber Lodge café et l'excellent Tumbling Bay Playground, avec ces jeux d'eau, de sable, de grimpe et j'en passe et des meilleurs. Autant dire que c'est pris d'assaut par les familles le weekend.

Image 16

IMG_1491

Image 3

 

Enfin, à l'extémité nord du parc se trouve le 'Pringle', le vélodrome olympique, un Velopark lui aussi ouvert au public. Vous pouvez louer des vélos pour faire le tours de quatre circuits, ou boire un café en admirant les casses-cou sur leurs BMX.

Image 4

Image 11

 

Avec un peu de chance les mecs en shorts vous ferons un petit coucou en passant!

IMG_1501


> Pour plus de renseignements sur le parcs et les nombreuses activités proposées, visitez le site très complet du Queen Elizabeth Olympic Park, Notez que c'est un parc très accessible pour ceux en fauteuils roulants. 

Posté par llleeeaaa à 09:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 29 juillet 2014

Les 99 ice creams

99


Ah, les 99! C'est un peu comme les carambars ou les fraises tagada, tu sais que c'est dégueu mais tu ne peux pas t'empêcher de te jeter dessus. Surtout s'il fait chaud et que tu es au bord de la mer... Pour les Britanniques cette glace – une pirouette de glace vanille (40% air) dans un cône en carton, piquée d'une Flake – une barre de chocolat friable créée en 1920 par Cadbury pour utiliser les restes des moules des autres barres de chocolat –  c'est toute leur enfance.

Quant aux touristes ils se font toujours avoir: 99 ne veut pas dire 99p... Et la barre de chocolat ne fait pas 99mm. Le nom-chiffre reste mystérieux, à tel point que la BBC publie même des articles sur le sujet. Certains prétendent que cela vient de la garde Suisse du roi d'Italie, consistant de 99 hommes (en fait pas du tout), et devenu un synonyme de tout ce qui est spécial et super. La meilleure explication à mon avis: "It is called 99 because it takes 99 seconds to eat." Et en voici une autre plus lettrée: "Because in roman numerals 99 is IC - Ice Cream".

Pas étonnant donc que le photographe anglais Luke Stephenson aie décidé de partir à la recherche des meilleurs 99s du pays, parcourant les côtes de ice cream parlour en ice cream van pour son projet 99 x 99s.

Image 6

Il a passé 25 jours dans son mini camper van à la recherche de ces fameuses 99s, photographiant les différents modèles dans son studio à glace ambulant – c'est plus difficile que cela en à l'air quand le sujet fond plus vite que son ombre (ou quand il y a des mouettes qui rodent).

Le résultat est alléchant:

Image 10

Image 5

Surtout celle-ci d'un 99 classique, sans sauce ni paillettes (quelle houpette, on dirait Elvis!): 

Image 11

Stephenson a aussi pris en photo les kiosques des vendeurs de glace, qui sont souvent superbement et kitschement décoré, j'adore:

Image 12

Sans oublier bien sûr la traditionnelle camionnette, que vous entendez sans aucun doute passer à côté de chez vous:

Image 13

Le projet est maintenant un livre, fondé par une campagne Kickstarter qui a eu énormément de succès, récoltant presque le double des fonds nécessaires. Quand je vous disait que les Brits aiment leurs 99s, je ne vous mentais pas!

Image 7

Image 8

Profitez bien des beaux jours pour manger quelques 99s! Mais peut-être pas 99, ça fait beaucoup quand même...

Posté par llleeeaaa à 15:38 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 24 juillet 2014

Dernières nouvelles

Image 5

Petite sélection des nouvelles britanniques qui ont retenu mon attention ces derniers jours:

On commence comme il est coutûme en cette contrée par la météo. Et bien il fait chaud, très chaud! 34 degrés l'autre jour. Il fait plus chaud ici qu'aux îles Canaries, et des fruits exotiques poussent dans le Dorset – les Brits sont très fiers. Y'en a même qui bronzent sur les plages de la Tamise à marée basse (photo ci-dessus). Du coup moi j'ai envie de passer le reste de l'été là:

Image 3
(Slapton Sands, Devon)

David "Calm down, dear" Cameron vire des mecs de son cabinet pour ramener plein de meufs (trop tard mon gars tu ne gagnera pas de vote des mamans). Le torchon qu'est le Daily Mail transforme le chemin vers 10 Downing Street en podium de mode, critiquant la tenue vestimentaire des nouvelles ministres et créant comme d'habitude un scandale.

Même Nick Clegg se moque d'eux (certains disent que c'est la meilleure chose qu'il aie fait depuis qu'il est au gouvernement. Et le New Stateman fait une super parodie.

Bla bla bla Prince George bla bla bla royal royal bla bla bla dungarees bla bla.

prince george

Heureusement qu'il y a les Finlandais pour donner un truc utile.

Le UK est contre la guerre en Palestine ou en Ukraine, mais par contre comme le dit très bien ce journaliste ici, ne se gène pas pour vendre des armes au pires clients imaginables.

La cérémonie d'ouverture des Commonwealth Games à Glasgow: cornemuses, Loch Ness et Irn bru. Alors qu'on parle de plus en plus du référendum sur l'Écosse indépendante.

PS Il existe une Prout Street à Londres!!! Je l'ai rajoutée à ma liste ici.

Posté par llleeeaaa à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 17 juillet 2014

Eton mess

Eton-mess_web

I'm back! Je suis toujours dans les cartons, mais maintenant j'ai une connection internet, mon ordi est déballé, et je me sens à nouveau au 21ème siècle. Je vous ai manqué? Ou vous étiez trop occupés à profiter du beau temps je pense... En tout cas moi cela m'a fait très bizarre cette petite cure de désintox, mine de rien cela faisait quatre ans que je n'avais pas arrêté de bloguer aussi longtemps. Ouf.

Comme promis je reviens en force avec une recette typiquement summery et totalement délicieuse: l'Eton mess (bien deviné Clairette!). Il s'agit d'un mélange de bouts de meringue, fraise et crème chantilly que l'on mange ici dès que les fraises du Kent apparaissent dans les étals (et cette année comme il a fait beau, il y aura encore des bonnes strawberries jusqu'en septembre me dit-on).

C'est un vrai mess (foutoir) servi tout simplement dans un bol ou une jolie coupe en verre (même pas cassée dans le déménagement!), mais qu'est ce que c'est bon!

Eton-2

Ce plat viendrait du fameux Eton College près de Windsor, où il était servi durant le match annuel de cricket contre Harrow School, et vendu dans les années 1930 sous forme de fruits et glace dans le magasin de bonbons des écoliers. Le dessert aurait été inventé lorsqu'un Labrador s'est assis sur le panier de pique-nique, écrasant les fraises et les meringues – complètement faux, mais rigolo.

Eton 1

Eton-3

Le mélange de fruits frais, crème légère et meringue croquante est imbattable! Sympa aussi pour emporter en pique-nique cet été, en le transportant dans un grand tupperware dans la glacière, puis en servant tout ça dans des verres en papier ou plastique.

Eton-4

Si vous voulez une version plus "saine", vous pouvez remplacer la crème chantilly par du yaourt (grec), c'est pas mal non plus. Et bien sûr les fraises peuvent être remplacées par d'autres baies ou même de la compote de rhubarbe.

Eton-5

 

Eton mess
Ingrédients (pour 4 personnes)
- 400-500g fraises
- 2 cuillères à soupe de sucre en poudre
- 300ml de crème chantilly (whipping cream)
- 4 meringues (meringue nests)*

1. Lavez les fraises et réservez en 4 pour décorer. Enlevez toutes les feuilles, et coupez en gros morceaux. Passez environ un tiers des fraises au mixer pour obtenir une sorte de coulis.
2. Fouettez la crème chantilly avec le sucre en poudre. Brisez les meringues en petits morceaux, et mélangez avec la crème. Rajoutez les fraises et le coulis, mélangez (mais pas trop).
3. Placez ce mélange dans quatre jolies coupes, et décorer avec les fraises qui restent. Servir bien froid, et déguster le jour même sans quoi les meringues seront toutes molles.

* Faites les vous-même. C'est pas grave si elles ne sont pas parfaites, de toute façon elles seront en petits morceaux dans le mess. Mon mélange était trop liquide, j'ai tout étalé sur une plaque et cela a très bien marché quand même.

 

PS: pour cause de peinture, ouverture de cartons et construction de meubles I%£@, le blog risque de tourner au ralenti ces prochaines semaines. C'est les vacances d'été après tout!

Posté par llleeeaaa à 21:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 6 juin 2014

Petite pause

Image-5

J'avais prévu de vous parler d'un dessert de saison (petit teaser ci-dessus) mais malheureusement je n'ai pas eu le temps d'écrire un billet (par contre j'ai eu le temps de le manger le dessert...) Il vous faudra donc patienter quelques semaines, car Londres Calling va faire un petit break, contraint et obligé, le temps de déballer des cartons... See you soon!

Posté par llleeeaaa à 13:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]



samedi 31 mai 2014

1000 Londoners

Image 3


Le projet multimédia 1000 Londoners rassemble des portraits vidéo et des interviews de Londoniens de touts bords. Pas des stars, mais des gens plus ou moins ordinaires qui partagent leurs vies, et permettent de découvrir un peu cet animal étrange et inclassable qu'est le Londonien... C'est un peut comme une version vidéo de Londoners, de Craig Taylor, un livre excellent dont je vous parlais ici.

Le but de l'excercice est de rassembler 1000 portraits en cinq ans – un nouveau profil de 3 minutes est publié chaque semaine – afin de célébrer la diversité des habitants de la capitale.

Image 4

Y sont interviewés des Londoniens comme un philosophe et homme politique (What do you miss when you're away from London? The sounds, the smells, the diversity of people and cuisines.), un chauffeur de taxi (What's your first memory of London? The markets at Petticoat Lane and Roman Road where Dad had stalls), une maman d'origine espagnole mariée à un égyptien (What's your favourite building? The Royal Courts of Justice), un nettoyeur d'égouts (What's the best view in London? The Fleet river, under Blackfriars.), ou une artiste de cirque (Who's your favourite fictional Londoner? Sherlock Holme.)

Voici le portrait d'Ami, une vétérinaire, actrice, et rédactrice en chef – pourquoi ne faire qu'un métier quand on peut en faire trois! (What's your ideal day out in London? A cooked breakfast at Jack's at the Junction, before going to play rounders, reading and sunbathing on Clapham Common):

C'est un projet de Chocolate Films, un boîte de production de documentaires très intéressante.

Posté par llleeeaaa à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 27 mai 2014

Hit No 23: You Really Got Me

Image 2

 
Voici une autre chanson qui fête un anniversaire cette année: You Really Got Me des Kinks, qui a 50 ans déjà. Écrite par Ray Davies, c'est un classique du rock anglais et des Swinging Sixties, et le premier hit du groupe originaire de Muswell Hill dans le nord de Londres.

C'est cette chanson, un hommage aux mélodies de blues commes Louie Louie des Kingsmen, qui leur fit connaître le succès aux USA, et qui a influencé par la suite les musiciens de hard rock, de punk, de new wave et puis de Brit pop.

Aujourd'hui c'est apparemment une des chansons les plus jouées parmi les guitaristes débutants... Impossible d'oublier le riff de guitare qui reste dans la tête quoi qu'on fasse. Le son si particulier viendrait du fait que le guitariste Dave Davies aurait coupé son pauvre ampli avec un rasoir et l'aurait transpercé à coups d'épingle. Quand aux paroles, rien de plus simple, mais ça fait son effet quand même.

Voici les Kinks en concert, j'adore le décalage entre leur look et la puissance de la chanson:

Et par ici en meilleur qualité son. Bonne journée pluvieuse!

You Really Got Me, par The Kinks, 1964

Girl, you really got me goin' / Ma belle tu me rends vraiment accro
You got me so I don't know what I'm doin'/
À tel point que je ne sais pas ce que je fais
Yeah, you really got me now/ Ouais, tu me rends vraiment accro
You got me so I can't sleep at night /
À tel point que je ne peux pas dormir la nuit

You Really Got Me/ Tu m'as bien attrapé

See, don't ever set me free / Tu vois, ne me laisse jamais tomber
I always wanna be by your side / Je veux être à tes côtés pour toujours
Girl, you really got me goin' / Ma belle tu me rends vraiment accro
You got me so I can't sleep at night /
À tel point que je ne peux pas dormir la nuit

You Really Got Me/ Tu m'as bien attrapé

Posté par llleeeaaa à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 22 mai 2014

Les cartes d'Herb Lester

Image 12


Connaissez-vous les cartes joliment illustrées d'Herb Lester, une petite entreprise londonienne? Elles sont très sympa car elles vous permettrons de découvrir des coins, des histoires ou des restaurants que vous ignoriez, et cela même si comme moi vous habitez la capitale depuis très longtemps. Car ce ne sont pas des cartes pour se repérer en ville mais plutôt pour trouver des idées de nouvelles adresses et de nouveaux lieux à explorer.

Pour seulement £4, vous pouvez vous acheter une petite carte au trésor comme Welcome to London: A World of Eating. C'est la petite dernière de la collection, et rien que d'en parler me donne faim. Vous y trouverez des recommandations pour dîner dans 105 restaurants différents, classé par catégories comme Grec, Africain ou Japonais:

Image 13

Sur la centaine d'adresses, je n'en ai encore essayé qu'une poignée, et je me réjouis de découvrir les autres.

Les cartes londoniennes comprennent entre autre Clandestine London, qui rassemble des coins cachés et des endroits avec des sorties discrètes;  East London Companion, pour les branchés, ou An Uncle's Guide to London, des adresses qui raviront les petits et les grands.

Image 9

Image 11


J'ai bien aimé le Untamed London, avec tout les espaces verts, petits ou grands, de la capitale:

Image 8

Londinoupolis
Photo: Londounopolis

Herb Lester vient également de sortir un petit guide sur les pubs londoniens – A London Pub for Every Occasion, £10 – qui à l'air pas mal du tout:

Image 5


Il y a aussi des cartes et des guides sur d'autres villes, comme Paris ou Miami, et même un petit guide pour les voyages dans l'espace. Vous pouvez achetez ces cartes par internet sur le site, ou en arrivant à Londres: elles sont en vente à la librairie Foyles, à droite en sortant de l'Eurostar à St Pancras.

Posté par llleeeaaa à 10:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 16 mai 2014

Labour and Wait

Image 20

Voilà c'est la saison du spring clean (grand ménage de printemps) et donc je me permet de vous rappeler l'existence d'un magasin vendant des brosses, balais, savons et autres accessoires de nettoyage. Attention il ne s'agit pas du pound shop du coin, mais du très cool Labour and Wait, situé dans un ancien pub sur une rue branchée, Redchurch Street, de l'est de la capitale.

Ouvert en 2000, le magasin est spécialisé en objet fonctionnels et au design épuré: des everyday classics, ou des stars du quotidien, qui ont tous une esthétique utilitaire ou un peu années 50s, que ce soit des arrosoirs en métal ou des couteaux de l'armée britannique.

Image 2

LabourWait

Des accessoires parfaits pour compléter votre intérior industrial chic, mais aussi des sacs, des vêtements, de la papeterie et des petits cadeaux sympas. Bref, une fois que vous aurez acheté votre balayette en métal super solide, vous pourrez vous faire plaisir! Ou peut-être est-ce un magasin ou l'on devrait n'avoir le droit d'aller que une fois le ménage accompli, en récompense?

Image 6

Image 5

Image 9

On y trouve aussi des ustensiles en émail Falcon Enamelware, dont je vous avais déjà parlé ici.

> Labour and Wait, 85 Redchurch Street, London, E2 7DJ. Fermé les lundis. Overground: Shoreditch High Street.

Posté par llleeeaaa à 10:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

lundi 12 mai 2014

Sous vos pieds

Image 6

À Londres on trouve toujours des trucs à voir, que ce soit l'architecture (levez les yeux sur Oxford Street, et vous verrez des perles) et les Londoniens excentriques (bonjour aux punks de Camden, s'il en reste!). Mais il y a aussi toutes sortes de choses à admirer en baissant la tête. Et non, je ne parle pas de votre réflexion dans une flaque d'eau londonienne.

Il y a bien sûr les des oeuvres de street art, comme les chewing-gum peints de Ben Wilson, ci-dessus, ou les installations de Slinkachu (cf cet ancien billet) et du Pothole Gardener, le jardinier des ornières, ci-dessous.

Image 7


Mais avez-vous déjà remarqué ces plaques en métal rondes sur les trottoirs des rues résidentielles?

Image 2

Photos: Secret London

Ce sont les coal hole covers, les plaques ornées de jolis motifs recouvrant les caves à charbon et datant pour la plupart d'entre 1750-1850. C'est par là que les distributeurs de charbon livraient leur marchandise qui servait à chauffer la maison. Une bonne était ensuite chargé d'acheminer le charbon dans chaque chambre et surtout de nettoyer la poussière de charbon qui se cachait dans tout les recoins – un boulot à plein temps! Il y en a des milliers, avec des centaines de marques et décorations différentes, comme vous pouvez le voir ici.

Il y a aussi bien sûr les signes "Look Left" , qui sont partout au centre-ville:

Image 3Photo: Simon Free

Je vous avais déjà expliqué pourquoi il faut regarder du "mauvais" côté de la route ici.

Et vous-êtes-vous déjà demandés ce que voulait dire les drôles de marques de toutes les couleurs laissées par les compagnies d'eau et d'électricité?

Image 4

Heureusement la BBC est là pour tout nous expliquer, comme ça vous pouvez tout décoder, couleur par couleur. Il a plus de 50 compagnies autorisées à creuser le sol londonien, donc vous ne pouvez pas échapper à ces signes, ils sont partout!

Il y aussi ces drôles de marques sur les bords des trottoirs en pierre, comme celles-ci à Soho Square:

Image 9

Photo: Stephen Hay

Il s'agit non pas de symboles magiques, mais des marques des tailleurs de pierre, qui indique qui a taillé quoi, et qui permettait au contremaître de savoir combien de pierre avait été posées et donc combien payer chaque ouvrier. (Quand aux petits points en métal, ils délimitent les terrains ou sont des points de référence ou de triangulation utilisés par les ingénieurs.)

Et enfin, je vous laisse avec cette superbe vidéo de "street art" prise dans une rue à Londres – vous ne regarderez plus jamais les BUS STOP signs sur le goudron du même oeil.

Par ailleurs, pour les conducteurs, cette page explique les signes peints sur les routes au UK.

Posté par llleeeaaa à 11:19 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

mardi 6 mai 2014

Londres en un mot

London-postcard-web


Quelqu'un a demandé l'autre jour sur la page facebook des Soirées London Calling pour les Français de Londres: "Est-ce que vous pouvez me dire selon vous le mot qui résume Londres?" Merci Alice d'avoir posé la question, car j'ai beaucoup aimé les réponses:

Vie – Mixité – Thuglife – Tolérance – Burger King – Expensive – Enjoy – Jungle – Intense – Finance – Mémorable – Inspirant – Ouvert – Inflation – Life changing – International – Surprenant – CHER – Éclectique – Brique – Foie – Foule – Diversité – Variété – BEER – Génial – Dynamique – La vie – Drogue – Débauche – Pluie – Camionneuses en mini jupes – Dynamique – Self-expression – Fou – Contradictoire – Gorgeous – Stress – Différent! – Amazing – Crazy – Perfect – Cosmopolitan – Exhausting – Opportunités – Music – Fun! – Rigolo – Greed – Maison – Créativité – Surprenante – Dépaysant – Tourist – Amazing – Overrated – Cheers – Sorry

Vous en avez d'autres? Laissez un commentaire!

Le mien c'est tout simplement: Home (sweet home).

 

PS L'illustration est une carte postale avec d'autres mots londoniens trouvée il y a longtemps à Paperchase.

Posté par llleeeaaa à 13:09 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 1 mai 2014

Lost in translation

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––Image 2



L'autre jour je suis tombée sur cette pub dans un magasine de déco:

PT

Est-ce que vous pensez que les tissus PT auront du succès en France?

Cela m'a rappelé qu'il y avait un institut très particulier au Royaume-Uni:

Image 2

Il y a aussi les mini-bites, merci Lucie!

Minibites


Et bien sûr une chaîne de restos italiens qui font ricaner tous les touristes français:

Image 3


Moins connu mais tout aussi drôle: les produits gastro(nomiques) de Young's:

Image 4


Du coup j'ai googlé prout, juste pour voir... et je suis tombée sur ça (véridique). Mais c'est Indien/australien.

Image 6

UPDATE: j'ai trouvé une Prout road, dans l'est de Londres (E5):

Image 4


Si vous êtes tombés sur des noms/marques anglaises rigolotes en français, dites-le moi et je les rajouterai!

Posté par llleeeaaa à 15:17 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

lundi 28 avril 2014

Grass tart

Grass-tart_web

Voici voilà une jolie recette printanière: la grass tart. Rassurez-vous il ne s'agit pas d'une tarte au gazon, mais aux asperges – la saison commence maintenant (et dure jusque fin juin) en Angleterre.

Ici elles proviennent souvent du Vale of Evesham, au nord-ouest d'Oxford, où on les appelle grass, une abbréviation du mot sparrow grass, lui-même une dérivation de asparagus. Ils aiment tellement les asperges à Evesham qu'ils y consacrent un festival, dont la star est Gus the Asparaman.

Pour faire plaisir à Gus, je vous propose une petite recette super simple et super rapide qui ravira les gourmands et qui uni ces fameuses petites asperges à un autre produit britannique, le fromage de chèvre frais.

Très très populaire en Angleterre (et oui on ne mange pas que du cheddar ici!), le fresh goats' cheese provient souvent du Pays de Galles ou du Somerset, pas très loin d'Evesham en fait.

IMG_0143_web

En plus j'en profite pour vous faire part d'une innovation, enfin d'une amélioration, dans la pâte feuilletée toute prête britannique: enfin, des années après le reste du monde, les Anglais (en tout cas la pâte ready rolled de Sainsbury's) vendent leur pâte pré-étalée enroulée dans du papier cuisson. Ça m'évitera de refaire une quiche bleue à la Bridget Jones, ouf.

Par contre contrairement à la France, la pâte pré-étalée est de forme rectangulaire et non pas ronde. Parfait pour cette recette!

IMG_0137_web

Choisissez des petites asperges fines, si possible venant du Worcestershire ou Gloucestershire. Certains considèrent les asperges vertes britanniques comme étant les meilleures du monde, car le climat local (pourri) permet aux pousses vertes de grandir très lentement, ce qui leur donnerait un meilleur goût et plus de finesse. Selon une étude du Regional Food Group, les asperges anglaises contiendraient également plus d'anti-oxidants que leurs équivalents péruviens, espagnols et italiens.

IMG_0136_web

IMG_0140_web

La recette prend une demi-heure en tout, maximum, et nécessite comme matériel une plaque et une fourchette. Parfait pour les paresseux!

IMG_0141_web

 

Grass tart

Ingrédients (pour 4 personnes)

- 1 paquet (375g) de pâte feuilletée
- 100g de fromage de chèvre frais (Abergavenny goats' cheese)
- 2 oeufs
- une botte (environ 200g) d'asperges fines
- 4 cuillères d'herbes de Provence (mixed herbs)

Préchauffer le four à 190C/ gaz 5.

Étaler ou dérouler la pâte feuilletée sur une plaque rectangulaire recouverte de papier cuisson, puis rouler les quatre côtés pour former de petits rebords. Piquer la pâte avec une fourchette.

Écraser le fromage de chèvre frais à la fourchette, puis répartir en une fine couche (pas besoin que ce soit lisse, les petits tas vont fondre de toute façon) sur la pâte feuilletée. Battre les oeufs, puis répartir sur le fromage de manière a ce qu'il y en ait un peu partout.

Placer les asperges en une rangée sur le fromage, une pointe en haut, une pointe en bas. Saler, poivrer et parsemer d'herbes de Provence.

Mettre au four pendant 20-25 minutes, jusqu'à ce que la pâte feuilletée soit bien dorée. Servir avec une salade verte.

Posté par llleeeaaa à 09:49 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 23 avril 2014

Jaques et le croquet

Image 5

Lorsque le soleil brille enfin et les pelouses sont bien vertes, les Brits aiment aller pique-niquer au parc. Ce qui veut dire jouer au foot, au frisbee, au badminton, au volley et parfois même aussi au... croquet. Ce jeu, star d'une fameuse scène d' Alice au Pays de Merveilles (Do you play... croquet?), est très ancien. On n'y joue pas avec des flamants roses, un hérisson et des cartes, mais si on a de la chance, avec de jolis maillets et boules en bois.

Ce cousin/ancêtre du golf était déjà présent en Angleterre au 17ème siècle. Autrefois appelé pall mall, du français paille maille, le croquet était très populaire durant le règne de Charles II. C'est à cause de cela que la rue de Londres près de St James's Park s'appelle the Mall, puisque c'est là-bas que le roi et sa cour s'adonnait à leur passe-temps préféré.

Les Victoriens adoraient, car étant un rare jeu mixte, il permettait aux jeunes gens de se draguer en paix – surtout si leurs balles finissaient malencontreusement dans les buissons entourant la pelouse! Et en plus les jeunes filles pouvaient tricher allégrement grâce à leurs longues jupes.

Image 15

L'histoire de ce jeu est aussi associée à une marque britannique très ancienne, Jaques of London, fondée par un réfugié huguenot français. Ce fabriquant de jeux en bois de luxe (et "inventeur" de jeux comme le ludo, les puces, les Sept Familles, jeu des échelles et même le ping pong) aurait relancé la mode du croquet en 1851, en vendant des sets et publiant les règles du jeu, et fabrique à la main des croquet sets depuis cette époque.

Croquet

 

Jaques of london fait aussi des jolis skittles and qoits (oui moi non plus je ne connaissais pas) pour jouer dans le jardin, et bien sûr des dizaines de jeux de société pour quand il pleut...

Outdoor-games

 

Posté par llleeeaaa à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 20 avril 2014

Les accents du Royaume-Uni

Picture_3

 

La langue anglaise est belle dans tous ses accents, de l'incompréhensible glaswegian aux brumeux liverpudlian, de la gouaille du East End de Londres au patois presque scandinave des Shetlands. Pour mieux vous faire les oreilles, écoutez les différents accents du Royaume-Uni sur ce site de la BBC, qui a enregistré de nombreux accents régionaux.

L'accent le plus connu et le plus étudié – mais le moins parlé – c'est le RP, ou Received Pronunciation. Si vous avez appris l'anglais à l'école, vos profs l'ont utilisé pour vous apprendre à prononcer, car c'est celui sur lequel les transcriptions phonétiques des dictionnaires sont basées. Mais certaines études suggèrent que seul 2% de la population britannique parlent RP – ce qui explique sans doute l'air perdu des francophones fraîchement débarqués à Birmingham ou Cardiff.

Le RP, c'est ce qu'on appelle aussi le BBC English, car c'est l'accent adopté comme standard en 1922 par la BBC (il ne l'est plus du tout aujourd'hui). Il s'agit d'un accent neutre, qui ne contient aucun régionalisme et n'indique pas la provenance géographique de ceux qui l'ont. Mais il indique très bien le milieu social, étant à la base l'accent de l'aristocratie et des écoles privées anglaises.   

Voici une superbe petite vidéo qui fait un tour très rapide de quelques-uns des nombreux accents du pays en survolant la carte du Royaume-Uni, ça vaut vraiment le coup d'entendre ça:

 

> Une compagnie écossaise recrute des traducteurs anglais/glaswegian. Je suis rassurée de savoir que, comme moi, les Britanniques n'y comprennent rien non plus quand ils appellent les impôts, dont le call centre est basé à Glasgow.

> La British Library explique comment la façon de prononcer le mot "bath" change du nord au sud

>
Apparemment, l'accent le plus drôle du Royaume-Uni, c'est celui de Birmingham. L'équivalent britannique de l'accent marseillais, peut-être?

 

 

Posté par llleeeaaa à 15:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 18 avril 2014

John Lewis

Image 12

Avez-vous déjà été faire du shopping à John Lewis? Cette chaîne de grand magasins (qui comprend également les supermarchés Waitrose) est la préférée de beaucoup de Britanniques. L'enseigne fête cette année ses 150 ans, et est adorée de tous ici car synonyme de bons conseils, vendeurs sympas, grand choix et excellent rapport qualité/prix. En plus la sortie de la pub de Noël annuelle fait pleurer dans les chaumières, et ses rayons sont pris d'assaut au moment des soldes (maintenant!).

Iage 1

Le slogan de John Lewis c'est "never knowingly undersold", c'est-à-dire de ne jamais vendre plus cher que leurs compétiteurs. C'est un fair deal, un "juste prix", mais il n'y a pas que cela de fair dans ces établissements: l'organisation est une coopérative, et est la propriété de ses 91,000 partners, du CEO à la caissière. Une innovation du fils du fondateur de l'entreprise, qui réalisa que les choses ne tournaient pas rond car les employés n’avaient pas de motivation à faire un bon travail parce que leurs propres intérêts ne s’accordaient pas avec ceux de l’entreprise. Il raccourcit le temps de travail quotidien et établit un système de commission pour chaque rayon, payant aux employés des montants basés sur le chiffre d’affaires, puis créa la fameuse partnership.

Image 2

Aujourd'hui son système de gestion participative marche du tonnerre – John Lewis continue à faire de gros bénéfices malgré la crise, +6.9% Noël dernier par exemple– et les partners ont toujours de nombreux avantages, comme des bonus de fin d'année (photo ci-dessus) ou l'accès à des centres de vacances à prix très bas. Les statuts de cette "entreprise à actionnariat salarié" sont clairs: le but est "le bonheur de tous ses membres grâce à un emploi utile et satisfaisant dans une entreprise performante”. Vous pouvez en lire plus dans cet article du Guardian, traduit en français par Courrier International.

Le premier magasin John Lewis a ouvert en 1864 sur Oxford Street, et vous pouvez toujours y aller faire vos emplettes. (Peter Jones sur Sloane Square appartient à la chaîne et on y trouve les mêmes produits, mais a gardé son nom d'origine). Les employés sont tous hyper serviables et gentils, et connaissent leur rayon comme leur poche, vantant tel ou tel produit (et pas forcément les plus chers) ou même conseillant d'acheter certains trucs sur internet. Si vous ne savez pas quel duvet ou quelle poussette acheter, c'est là-bas qu'il faut aller!

Les magasins vendent toutes sortes de marques d'ici et d'ailleurs, mais proposent aussi leur propre collection de produits, comprenant de nombreux jolis designs à petits prix:

John-Lewis

Image 1

Je l'aime particulièrement pour son rayon cuisine au sous-sol (impossible de ne pas craquer!), ses meubles en bois style midcentury, et bien sûr le rayon mercerie (John Lewis était à l'origine un vendeur de tissu) où vous pouvez demander conseils à des expert(e)s .

Image 8

johnlewis 22

Vous trouverez aussi plein de petits cadeaux sympas au rez-de-chaussé. Le magasin stocke toutes sortes de marques anglaises, des porcelaines Denby et Emma Bridgewater aux sacs Radley et Cath Kidston. Happy shopping!

Posté par llleeeaaa à 19:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 16 avril 2014

Sept mystères britanniques

Image 21

Cela fait plus de 10 ans que j'habite en Angleterre, mais il y a quand même deux-trois trucs que je ne comprendrais jamais. Des petites habitudes qui perdurent malgré tout... (Heureusement les moquettes dans les salles de bain sont passées de mode.)


1. Pourquoi, mais pourquoi les robinets viennent-ils toujours deux par deux, comme cela on se brûle la main gauche, et on se gêle la main droite? Une question de pression apparemment, mais je n'y crois pas trop. (Solution ici)

Image 15


2.
Pourquoi les Brits ne mangent-ils que des chips lorsqu'ils passent toute la soirée au pub (puis un kebab parce qu'ils crèvent la dalle en rentrant chez eux)? Pourquoi ne pas aller manger un coup entre amis dans un bon resto (c'est pas ça qui manque à Londres), avant de continuer à boire des pintes? Mystère et boule de gomme.

Image 7


3.
Pourquoi laisse-t-on des gens habiter le long du périph? À chaque fois que je suis en voiture autour de Londres cela me choque de voir ces maisons (aux fenêtres toutes pourries en plus).

Image 11


4.
Pourquoi les Anglais utilisent-il une bassine en plastique dans leur évier pour faire la vaisselle? Pourquoi pas directement dans l'évier, ils ont peur de l'abîmer? Ou bien est-ce à cause de leurs foutus robinets? Réponses ici.

Image 10


5.
Pourquoi aiment-ils manger des fish finger sandwiches? Les fish fingers (poissons panés), c'est bon. Les sandwiches, j'adore. Mais les deux ensemble? No thank you.

Image 12


6.
Pourquoi n'arrivent-ils pas à installer des interrupteurs dans les salles de bains comme dans le reste du monde? Ils craignent tellement de s'électrocuter qu'il faut soit tirer une corde, soit trouver l'interrupteur à l'extérieur de la pièce...

Image 14


7.
Le criquet. Ai-je besoin d'en dire plus?

Image 13


Et vous, y-a-t-il des spécialités locales qui vous sidèrent?

 

Posté par llleeeaaa à 21:09 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 10 avril 2014

Hit No 22: Parklife

Image 6

Je viens de prendre un coup de vieux en réalisant que le disque Parklife de Blur venait de fêter son... vingtième anniversaire! Vingt ans déjà que la brit pop saisissait le Royaume-Uni, vingt ans déjà depuis la fameuse bataille médiatique entre Blur et Oasis. Dans quel camp étiez-vous? Moi c'est clair, j'ai toujours préféré Blur – un groupe formé en 1989 à Londres, avec le chanteur Damon Albarn (aussi à présent dans Gorillaz), le guitariste Graham Coxon (qui a aussi une carrière solo), le bassiste Alex James (qui fait maintenant du fromage!) et le batteur Dave Rowntree (également avocat et animateur 3D).

Le troisième album du groupe de Colchester, Parklife, contient le hit du même nom ainsi que l'entêtante Girls & Boys et la balade End of a Century. J'ai choisi de vous (re)présenter chanson Parklife, la plus originale. Elle est narrée plutôt que chantée par l'acteur Phil Daniels, et inspirée par un parc de Kensington selon Albarn: "I came up with the idea for this song in this park. I was living on Kensington Church Street, and I used to come into the park at the other end, and I used to, you know, watch people, and pigeons..."

La pochette de l'album est inspirée par les course de lévriers, un passe-temps d'autrefois très londonien (à Wimbledon et Walthamstow). Le clip qui l'accompagne, tourné dans les rues de Greenwich, est très sympa aussi. La chanson est devenue un hit dans les stades de foot, et c'est elle que les frères Gallagher d'Oasis se sont empressé de chanter, complètement bourrés, "Shite-life", pour se moquer de Blur lors des 1996 Brit Awards.

Quant au titre de la chanson, elle se réfère à la vie d'un parc londonien, avec ses ivrognes, ses joggeurs, ses pigeons, mais aussi à l'argot pour "vie des glandeurs" – parklife signifie aussi en argot ne pas avoir de boulot et ne rien faire de ses journées. Comme le reste de l'album, c'est une description parfois critique de la vie quotidienne au Royaume-Uni à l'époque...

Voilà voilà, un peu de nostalgie des années 1990 pour vous! Et profitez bien du soleil printannier au parc...

 

Parklife, de Blur, 1994

Confidence is a preference for the habitual voyeur/
Avoir de l'assurance est une préférence du voyeur invétéré
of what is known as (parklife)/

de ce que l'on appelle (parklife)
And morning soup can be avoided if you take a route straight through
Et le potage du matin peut être évité si tu prends le chemin direct à travers
what is known as (parklife)/

ce que l'on appelle (parklife)
John's got brewers droop he gets intimidated by the dirty pigeons/
John est bourré et avachi, il est intimidé par les pigeons sales
They love a bit of it (parklife)/ Ils adorent un peu de (parklife)
Who's that gut lord marching... you should cut down on your porklife mate...
Qui c'est ce gros plein soupe qui s'ammène... tu devrais réduire ta "vite de porc" mec...
get some exercise/

fait un peu de sport!

All the people/ Tous les gens
So many people/ Tant de gens
They all go hand in hand/ Ils vont tous main dans la main
Hand in hand through their parklife/ Main dans la main à travers leur

Know what I mean/ Tu sais ce que je veut dire
I get up when I want except on Wednesdays
Je me lève quand je veux sauf les mercredis
when I get rudely awakened by the dustmen (parklife)/

quand je suis réveillé brutalement par les éboueurs
I put my trousers on, have a cup of tea/
Je mets mon pantalon, prends une tasse de thé
and I think about leaving the house (parklife)/

et je pense à quitter la maison
I feed the pigeons I sometimes feed the sparrows too/
Je nourris les pigeons, je nourris parfois aussi les moineaux,
it gives me a sense of enormous wellbeing (parklife)/

 cela me donne un sentiment énorme de bien-être
And then I'm happy for the rest of the day/
Et ensuite je suis heureux pendant toute la journée
safe in the knowledge there will always be a bit of my heart devoted to it (parklife)/
rassuré de savoir qu'il y aura toujours une partie de mon coeur dédié à çà

It's got nothing to do with vorsprung durch technic you know/
Celà n'a rien à voir avec la vosprung durch technique [slogan pub] tu sais
And it's not about you joggers who go round and round and round/
Et çà ne vous concerne pas vous les joggers qui tournent et tournent en rond
Parklife (parklife)

Posté par llleeeaaa à 09:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mardi 8 avril 2014

Spitting Image

Image 3


Saviez-vous que l'ancêtre des Guignols de l'Info était britannique? Cela s'appelait Spitting Image (Portraits Crachés) et cela passait sur les écrans il y a déjà 30 ans. Malheureusement, l'émission s'est arrêtée en 1996 – mais qu'est-ce que je donnerai pour voir une marionnette de David Cameron!

Spitting Image était un véritable phénomène de société. À l'époque, personne n'avait jamais vu ça, une émission qui se moque de la famille royale, des politiciens et de tout ce qui leur passait sous les dents. L'émission a aussi lancé les carrières de stars de la comédie comme Hugh Dennis, Steve Coogan, Jo Brand, Andy Parsons et Ian Hislop, tous des habitués des panel shows comme Have I Got New For You ou QI. Je suis sûre qu'ils feraient un malheur en croquant les personnalités de 2014.

La star incontestée de l'émission était bien sûr Margaret Thatcher, qui utilise les toilettes pour homme et fume le cigare:

Image 2

Qui chante My Way et qui traite les membres du cabinets de légumes:


Parmi leur personnages les plus célèbres de l'émission se trouvaient également:
• la reine, qui porte a toujours l'air un peu folle et ramasse les vêtements dans les poubelles
• Ronald Reagan, un bobet obsédé par les armes nucléaires
• le Prince Charles, hippie et conducteur de taxi
• Tony Blair (I'm the Leader!) avec un énorme sourire/grimace
(sans oublier François Mitterrand, porteur de béret et tresse d'ail)

Image 1


J'adore leur parlement/classe de cancres:

 
Et le petit déjeuner de la famille royale (Don't mention the war!)

 Si vous voulez voir les marionnettes de plus près, il y a une expo au Cartoon Museum (c'est près du British Museum) jusqu'au 8 juin.

Posté par llleeeaaa à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 3 avril 2014

Attention pollution

Paul Harris

Photo: Paul Harris

Tout n'est pas rose à Londres, et d'ailleurs aujourd'hui tout est plutôt gris. La faute au smog, ce brouillard de pollution qui empoisonne tout le sud-est de l'Angleterre. Ici on vient de conseiller aux enfants de ne pas sortir dehors à la récré de midi, et le premier ministre David Cameron a même renoncé à son jogging matinal. Car comme dans d'autres villes européennes (Paris, Bruxelles ou Amsterdam), les niveaux de pollution ont atteint 9/10  – "very high" – cette semaine. Ce sont les Pékinois qui doivent rigoler!

Image 5

Carte: DEFRA

La raison de ce pic: la pollution des voitures, usines et maisons a été exacerbée par une tempête dans le Sahara (le sable du désert a recouvert les voitures britanniques) et par une zone de haute pression sur l'Europe du nord. Je ne sais pas si c'est parce que j'ai passé la matinée à lire des articles sur le smog, mais j'ai les yeux et la gorge qui piquent.

Le pire dans cette histoire, c'est que cela fait des années et des années que les autorités savent qu'il y a un énorme problème, mais ne font rien pour le régler – ou même l'amoindrir. Le UK va devoir payer des amendes de £300m par an, et doit comparaître devant la cour européenne, car il n'a pas réussi à réduire les niveaux de NO2 malgré plus de 15 ans d'avertissements et de nombreux sursis.

Selon la commission européenne, les niveaux de pollutions excèdent les normes recommandées dans plus de 16 zones du pays: Greater London, the West Midlands, Greater Manchester, West Yorkshire, Teesside, the Potteries, Hull, Southampton, Glasgow, the east, the south-east, the east Midlands, Merseyside, Yorkshire & Humberside, the west Midlands, and the north-east – en gros tout le pays sauf l'Écosse et les Cornouailles!

Londres a les plus hauts niveaux de NO2 de toutes les capitales européennes, malgré la fameuse congestion zone (il faut payer £10 pour pouvoir avoir le droit de conduire au centre-ville). Et le maire de Londres, Boris Johnson ne fait absolument rien pour y remédier, à part tenter de bidouiller les chiffres et de coller la pollution au sol et d'acheter des arbres. Aujourd'hui il a dit: "I cycled this morning and it seemed perfectly fine to me".

Grâce au site How Polluted is My Road, préparé par la députée londonienne verte Jenny Jones, vous pouvez voir les niveaux de pollution rue par rue, école par école à Londres:

Image 6


Pour plus d'info, lisez le site de l'organisation Clean Air in London et la page du Guardian sur la pollution. Il y a aussi tout plein de photos plus déprimantes les unes que les autres par ici. Si vous voulez dire au maire ce que vous en pensez, remplissez donc ce sondage de TFL (vous avez jusqu'au 13 avril pour le faire).

Posté par llleeeaaa à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



Fin »