Londres calling

lundi 20 juin 2016

Le Brexit

IMG_0433

Cela ne vous a sûrement pas échappé, mais ce jeudi les Britanniques voteront dans un référendum national pour décider si leur pays doit rester ou sortir de l'Union Européenne: "Should the United Kingdom remain a member of the European Union or leave the European Union?", telle est la question.

Pourquoi un tel référendum?
Le sujet n'était pas du tout une priorité pour les citoyens britanniques. Mais David Cameron, pour s'assurer du soutien d'une minorité de membres de son parti, ainsi que du parti nationaliste UKIP, et devenir ainsi Premier ministre du Royaume-Uni, leur a promis un référendum.

Un climat tendu
Cameron pensait que cela n'aurait pas de conséquences importantes et que personne ne voterait pour le Brexit, mais il s'avère qu'il en est tout autrement... Les crises financières (Grèce etc), les vagues d'immigration et de réfugiés, les attaques terroristes favorisent le repli sur soi et rendent le côté insulaire du UK plus rassurant. Sans compter l'influence de Murdoch et des grands patrons de la presse, farouchement anti-Europe depuis la nuit des temps.

Voici les deux camps que tout sépare, de l'âge aux revenus (vous pouvez entendre leurs points de vues dans ce documentaire d'Arte, Goodbye Britain):

Vote Leave
• Le camp des vieux: 63% des plus de 60 ans veulent quitter l'UE.
• Supporters: Boris Johnson, l'ancien maire de Londres qui veut être calife à la place du calife; Michael Gove, ancien ministre de l'éducation détesté par tous; Ian Duncan Smith, le conservateur connu pour ses coupes des budgets d'aide aux handicapés; l'entrepreneur James Dyson, jaloux des aides pour les aspirateurs allemands; Nigel Farage, leader du UKIP; les hooligans britanniques à Marseilles (qui chantaient “Fuck off Europe, we’re all voting out"); Donald Trump; le BNP (un peu comme le Front National local);
• Arguments: l'UE c'est de l'argent gaché, il faut reprendre le contrôle de nos lois et laisser bosser nos MPs qui sont si travailleurs et si honnêtes, et foutre dehors tous les étrangers qui volent notre fric et nos boulots.

Vote Remain
• Le camp des jeunes: 73% des 18-29 veulent rester dans l'UE.
• Supporters: en gros, tout le reste du monde, des leaders de tous les partis politiques du UK (sauf UKIP et BNP) aux PDGs de la grande majorité des grandes compagnies du pays; du Président des États-Unis aux pontes de la finance (IMF, World Bank, Bank of England), du secrétaire des Nations-Unies au scientifique Stephen Hawkins; les syndicats des fermiers, ouvriers et étudiants...
• Arguments: faire partie l'UE est un atout financier; nous avons une culture et une histoire commune; il vaut mieux en faire partie pour avoir de l'influence; cela permet de controler les MPs et les forcer à passer des lois pour l'environnement et les droits des travailleurs; et puis on veut aller en vacances/à la retraite sur la Costa del Sol sans visa.

Should I stay or should I go?
Après une campagne ultra-négative surnommée Project Fear (attention, votez leave et vos maisons ne vaudront plus rien; il y aura une 3ème guerre mondiale; mais votez remain vous serrez envahi par les Turcs et vos retraites seront foutues). Les sondages ne sont pas du tout encourageants pour les europhiles... Le Poll of Polls du Financial Times indique une montée du camp Leave, qui emporterait 47% des votes aux dernières nouvelles. Mais, très effrayant, ce n'est pas une décision basée sur des faits: la plupart des Britanniques ne comprennent rien au sujet...

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 13 juin 2016

La Summer Exhibition

Screen Shot 2016-05-11 at 11

Depuis 1769 a lieu à la Royal Academy of Arts de Londres une exposition un peu particulière: la Summer Exhibition. Cet évènement incontournable du monde de l'art britannique rassemble les oeuvres diverses (tableaux, dessins, sculptures, photographies, architecture et film) de grands artistes et inconnus, présentés côte à côte dans 10 grandes salles du musée, qui occupe l'imposante Burlington House sur Piccadilly.

Les Britanniques font la queue pour y entrer et voir cet assemblage éclectique et étonnant d'oeuvres d'art; et certains viennent même voir leurs propres créations ou celles de leurs amis. Car chaque année 12,000 artistes venus du monde entier tentent leur chance et envoient une photo de leur oeuvre au comité de sélection, consistant d'une poignée de Royal Academicians, qui ont la dure tâche d'en choisir un peu plus de 1,000. Les 80 académiciens ont aussi le droit de présenter jusqu'à six de leurs oeuvres dans cette exposition.

Screen Shot 2016-05-11 at 11

Screen Shot 2016-05-11 at 11


Tout ou presque y est à vendre, ce qui permet de lever des fonds pour la Royal Academy (elle prend 30% des ventes) et de distribuer des prix divers (dont le Charles Wollaston Award de £25,000) aux artistes et aux architectes participants. Si une oeuvre a une pastille rouge, c'est qu'elle a déjà été vendue – d'où cette création rigolote de Cornelia Parker, 588 - Stolen Thunder III, présentée l'année dernière:

Screen Shot 2016-05-11 at 11

Cet année, le coordinateur de la Summer Exhibition est le sculpteur Richard Wilson, qui a décidé d'explorer le thème des duos artistiques. Il a invité plus de 15 duos (y compris Jake & Dinos Chapman, Tim Noble & Sue Webster, Langlands & Bell and Pierre et Gilles) ainsi que le cinéaste turc Kutluğ Ataman.

Screen Shot 2016-05-11 at 14

Dans la cour intérieure, qui en 2015 accueillait une installation de Conrad Shawcross (ci-dessus), Ron Arad a installé une sculpture en acier Corten, Spyre, qui bouge à des vitesses différentes pour créer des postures acrobatiques et qui contient une caméra filmant la cour et les passants.

> Summer Exhibition, Royal Academy of Arts, Picadilly, 13 juin - 21 août, sam-jeudi 10-18h; vendredi 10-22h, £13.50

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 6 juin 2016

Click click

Screen Shot 2016-05-11 at 09


Vous venez à Londres armé de votre super appareil photo, ou vous êtes peut-être complètement accro au selfies sur Instagram? Voici quelques endroits à ne pas rater si vous aimez les clichés... (et ensuite vous pouvez même les transformer en deux clicks en cartes postales grâce des apps comme Touchnote et Postagram). Say cheese!


Big Ben

Vous pouvez poser comme cette dame depuis le pont (surtout en fin d'après-midi, pour avoir en plus des ombres plutôt osées). Sinon un endroit un peu plus tranquille: la rive sud-ouest, près de l'hôpital St Thomas. Et bien sûr depuis une des cabines du London Eye.


Red Phone Box

Le mieux c'est de se diriger vers Parliament Square (côté est), où vous trouverez une cabine de téléphone (numéro 00442079301397) placée juste devant Big Ben. Vous pouvez ainsi faire d'une pierre deux coups:

Phone

Sinon, Board Court à Covent Garden offre une occasion en or pour les photos de groupe, avec pas moins de cinq cabines à la suite... (il y en a aussi une belle rangée dans l'allée centrale de Smithfield Market – voir ma Balade No 1):

Board Court Covent Garden


Tower Bridge

Tout le monde prend des photos depuis la Tour de Londres ou le City Hall, mais j'aime aussi beaucoup la vue depuis l'est, près de St Katherine's Pier (qui permet de ne pas avoir l'horrible Guoman Hotel dans le champs de vision), ou sur la rive sud près de Butlers Wharf:

Aleem Yousaf
Photo: Aleem Yousaf/Flickr


Greenwich
Il y a de magnifiques vues sur Greenwich et Canary Wharf depuis le Royal Observatory:

Waterford_Man
Photo: Waterford_Man/Flickr


Picadilly Circus
Vous pouvez tenter de prendre une photo comme tout le monde sur les marches de la statue d'Eros, mais il y a toujours foule. J'aime bien l'angle avec une station de métro et les grands écrans lumineux, surtout en fin de journée (mais bon il faut éviter l'heure de pointe...):

Jeffilan57
Photo: Jeffilan57/Flickr


Queen’s Guards
Impossible de s'approcher des gardes de Buckhingham Palace ou de ceux à cheval sur Whitehall, il y a toujours foule. Vous trouverez l'entrée de St James's Palace (entre Green Park et St James's Park) beaucoup plus tranquille:

StJames


London Eye
La meilleure vue du London Eye est depuis Waterloo Bridge, bien sûr:

Screen Shot 2016-05-11 at 10


10 Downing Street
La rue de Downing Street étant fermée au public, on ne peut pas se prendre en photo devant la fameuse porte noire. Mais ce n'est pas grave: il y a une porte presque identique à quelques pas de là, au 10 Adam Street, une petite rue qui descend vers la rivière en face du Adelphi Theatre sur le Strand:

Downing


Abbey Road

Fan des Beatles? Abbey Road est endroit parfait si vous voulez énerver un Londonien qui se retrouve coincé dans le bus pour une énième photo de touriste:

Screen Shot 2016-05-11 at 09


Panorama

Il y a la fameuse Primrose Hill près de Regent's Park, mais je préfère Parliament Hill à Hampstead Heath:

DncnH
Photo: DncnH/Flickr


The Shard
J'aime beaucoup la vue depuis Borough Market (coin Park Street/Stoney Street). Si vous cadrez bien, vous aurez un portrait avec à la fois le gratte-ciel le plus haut d'Europe, un vieux pub et le fameux marché couvert:

Screen Shot 2016-05-11 at 10


Platform 9 3/4, King's Cross

Une pour les fans d'Harry Potter. (Pour éviter la foule, venir plus tard le soir):

Screen Shot 2016-05-11 at 09

Et pour ceux qui préfèrent les détectives aux magiciens, il y aussi Baker Street tube station et ses jolis carreaux:

Screen Shot 2016-05-11 at 11


Millenium Bridge

Il est photogénique vu depuis la rive nord (avec la Tate Modern au) ou sud (avec la Cathédrale St Paul). Venez avant 10h et vous aurez le pont presque pour vous tout seul...

Screen Shot 2016-05-11 at 10

Si vous en avez d'autres, dites-le-moi et je les rajouterai à ma liste!

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 30 mai 2016

Rochelle Canteen


Chompingground
Photo: Chompingground.co.uk

La Rochelle Canteen, voici une petite adresse sympa pour déjeuner au soleil si vous êtes du côté de Shoreditch (et si vous faites ma Balade No 2 un jour de semaine). Pour trouver ce petit café, il vous faudra sonner à la porte de la Rochelle School; le restaurant s'est installé dans l'ancien garage à vélo de cette belle bâtisse de briques rouges transformée en studios d'artistes et bureaux. L'école victorienne est située au coeur du charmant Arnold Circus de la Boundary Estate, le premier HLM du pays, construit en 1900.

Screen Shot 2016-05-10 at 15

Screen Shot 2016-05-10 at 15

Passé la porte de l'école vous trouverez un café tout simple: de grandes baies vitrées ouvrent sur une petite cour avec potager miniature, et à l'intérieur, une cuisine ouverte et une salle à manger minimaliste avec de grandes tables, des chaises Ercol et des patères sur les murs blancs.

Samphire & Salsify
Photo: Samphire & Salsify


Au menu: des plats simples, souvent presque rustiques, mais préparés avec des ingrédients de la plus haute qualité. Le menu change au quotidien, mais offre souvent des plats soit à l'inspiration méditerranéenne, soit au contraire très britanniques, comme de la Jerusalem artichoke soup (soupe de topinambour), des poissons servis avec du samphire (salicorne), des chicken & mushroom pies et des crumbles aux pommes.

Si vous voulez un verre de vin avec cela, il vous faudra aller choisir votre bouteille à côté au Leila's Shop avant d'arriver, le café (qui est ouvert seulement en semaine, et jamais le soir) n'ayant pas la license de servir de l'alcool.

Chomping
Photo: Chompingground.co.uk

Screen Shot 2016-05-10 at 15


Cette cantine sympa est le repère des talentueuses Margot Henderson (femme du chef Fergus Henderson, fondateur du très influent St John restaurant) et de Melanie Arnold. Elles s'en servent également comme base pour leur service de traiteur, Arnold & Henderson.

Screen Shot 2016-05-10 at 16

Trendengel
Photo: Trendengel

Attention, ce café a beau être bien caché, il est loin d'être secret. Il vaut mieux arriver assez tôt pour trouver un table de libre.

> Rochelle Canteen, Rochelle School, Arnold Circus E2 7ES, tel: 020 7729 5677. Ouvert pour le petit-déjeuner et déjeuner du lundi au vendredi. Overground: Shoreditch High Street

Posté par llleeeaaa à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 23 mai 2016

Coups de crayons

Screen Shot 2016-05-10 at 15
Berger & Wyse


Ils croquent la vie contemporaine avec verve, sarcasme et second degré: voici quelques-un de mes cartoonists britanniques préférés.


Stephen Collins

(Weekend, The Guardian)

Screen Shot 2016-05-10 at 15

Screen Shot 2016-05-10 at 15

Screen Shot 2016-05-10 at 15

Screen Shot 2016-05-10 at 15


Modern Toss

(cartes dans toutes les bonne papetries)

Screen Shot 2016-05-10 at 15

Matt
(The Telegraph)

Cartoon-Matt

Peter Brookes
(The Times)

Screen Shot 2016-05-10 at 15

 

Berger & Wyse
(The Guardian)

Screen Shot 2016-05-10 at 15

 

Morten Morland
(The Times)

Screen Shot 2016-05-10 at 15

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 16 mai 2016

Box clever

Screen Shot 2016-05-10 at 14


Si vous aviez aimé les petits paquets surprises de Not Another Bill, vous adorerez les Letter Box Hampers. Ces petits paniers garnis, juste à la bonne taille pour se glisser dans une boîte aux lettres typiquement britannique, sont la création du jeune Jonathan et de son équipe.

Ils proposent une sélection de produits artisanaux comme le Tregothnan Estate Tea; Plymouth Gin; Shortbread House of Edinburgh; Fine Cheese Co et Moores Biscuits. Tous sont fait au UK et sont joliment emballés, parfait pour faire de petits cadeaux ou découvrir des spécialités locales. Choisissez un panier à thème (Cheese & Biscuits; Best of British; Afternoon Tea... à partir de £23.95) et dégustez...

Screen Shot 2016-05-10 at 14

Screen Shot 2016-05-10 at 14

Dans le même genre, c'est-à-dire passant comme une lettre à la poste dans votre postbox, il y a aussi les petits cadeaux de Letterbox Gifts; les Letterbox cakes de Bakerdays; les fleurs de Bloom & Wild et même du bacon (!) de Cure & Simple. De quoi faire des heureux...

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 13 mai 2016

Superstitions

Screen Shot 2016-05-10 at 14
Photo: LondonDan/Flickr


Les Britanniques ont de drôles de superstitions. Comme les Romains, ils ont peur de casser des miroirs et de renverser du sel; comme les Anciens Égyptiens, d'ouvrir des parapluies à l'intérieur. Comme les premiers chrétiens, ils croisent les doigts pour mettre la chance de leur côté. Beaucoup ont des sous-vêtements porte-bonheur, et adorent le chiffre 7 (comme David Beckham).

Parfois, ils ne sont pas sûrs d'eux du tout: voir un chat noir, cela porte bonheur, mais s'il croise ton chemin devant toi, attention! Et aussi, apercevoir une pie toute seule, cela porte malheur, mais deux ou trois, ça va (selon une vieille comptine). Ils semblent particulièrement paniqués par une simple promenade: attention à ne pas marcher sur les fissures du trottoir ("Don't step on that crack, you'll break Nana's back!") et surtout ne jamais marcher sur trois plaques d'égoûts à la suite...

D'autres superstitions très britanniques: se croiser dans les escaliers; un moineau qui entre dans une maison ou poser une nouvelle paire de chaussures sur la table portent tous malheur. Il ne faut pas manger des mûres après la Michaelmas par peur d'attirer le diable, ni tourner de la nourriture dans un bol dans la direction opposée au soleil ("widdershins"), ni couper les deux bouts d'une miche de pain en même temps. Mais ouf: les sorbiers protègent des sorcières, et le houx des vilaines fées.

Comme en France, on se méfie ici du chiffre 13 et tout particulièrement du vendredi 13. Et ce depuis au moins Chaucer, qui écrit dans Les Contes de Canterbury, en 1380, "and on a Friday fell all this mischance." Ce qui explique pourquoi les rues londoniennes de Fleet Street, Oxford Street, Park Lane, Praed Street, St James's Street, Haymarket et Grosvenor Street n'ont pas de number 13; le One Canada Square de Canary Wharf n'a pas de 13ème étage, et le London Eye n'a pas de cabine numéro 13... Et finalement, on ne risque pas d'être 13 à table au Savoy: le palace londonien installera Kaspar le chat (une sculpture art déco en bronze) pour compléter le nombre d'invités – une tradition qui date de 1898...

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

lundi 9 mai 2016

Carte postale... d'Audley End, Essex

    Audley End

 

Voici une destination parfaite pour les petits et les grands par une belle journée de printemps... Vous y trouverez une maison historique, un beau parc, des jeux pour les enfants et même un petit train à vapeur. Tout cela à moins d'une heure du nord de Londres.

Où donc?

Audley End House se situe à côté de Saffron Walden, Essex, en direction de Cambridge. Vous pouvez y aller en train depuis Liverpool Street Station (Abellio Greater Anglia, 1h05, direct, à partir de £9) mais il vous faudra marcher de la gare d'Audley End jusqu'à la demeure, à environ 2km, ou prendre un taxi (Crocus Cars). Il y a aussi un bus qui va à Saffron Walden en 12min depuis la gare si vous voulez passer un moment dans cette jolie petite ville historique avec cathédrale, marché et labyrinthe de gazon...


Audley End House

Datant en grande partie du 17ème siècle, Audley End House était autrefois un énorme palais et l'une des plus importante demeure Jacobéenne d'Angleterre. Construite par Thomas Howard, 1st Earl of Suffolk, entre 1605 and 1614, aujourd'hui elle ne fait plus qu'un tiers de sa taille d'origine, mais vaut quand même le détour pour son architecture (dont ses intérieurs, avec 8 pièces par Robert Adam) et son parc, créé par le grand jardinier anglais Capability Brown.

IMG_7303


Qu'y faire? 

Visiter la maison, bien sûr. On peut s'y promener à sa guise (à part les pièces par Robert Adams, sur visite guidée uniquement). Elle contient un magnifique hall d'entrée, de jolis salons et bibliothèques, des tableaux de Canaletto et Holbein le Jeune, des miniatures précieuses, des cabinets rempli d'animaux empaillés, et une nursery sous les toits avec des jeux pour les enfants.

Screen Shot 2016-05-09 at 15Screen Shot 2016-05-09 at 15
Screen Shot 2016-05-09 at 15Screen Shot 2016-05-09 at 15

L'aile de service accueille un café, une boutique et des rangées de moules en cuivre bien alignées.

IMG_7251P1060505
IMG_7252IMG_7249

IMG_7276

IMG_7295IMG_7306

Ensuite, faite le tour des jardins. Devant, une grande pelouse et un lac tranquille (ou vous verrez un cygne noir); sur les côtés, des allées ombragées où l'on peut apercevoir des faisans se promener; et derrière, des parterres de fleurs et fontaines.

Vous y trouverez aussi une sorte de petite douve, le ha-ha, qui permettait d'admirer les vues du parc et des collines environnantes sans entraves, mais empêchait le bétail de s'approcher de trop près. Un système très utilisé par le grand jardinier/paysagiste Capability Brown, qui bougeait arbres, rivières et collines et installait des fausses ruines aux endroits clés pour créer de véritable tableaux vivants.
 

IMG_7284

IMG_7293

IMG_7291IMG_7294


Puis, du côté de la rivière et des anciennes écuries, vous trouverez quelques chevaux, un café et des jeux pour enfants ainsi que de magnifiques potagers. Restaurés en 1999, on y trouve que du bio, et de jolies serres toutes blanches.

IMG_7330

IMG_7331IMG_7328

IMG_7317

IMG_7323IMG_7131

 
Enfin, de l'autre côté de la porte au lion se trouve une attraction très populaire: un petit train à vapeur, le Audley End Railway. Étant un passioné de locomotives, Lord Braybrooke, héritier de Audley End, a fait construire ce petit circuit de 2.4km dans les bois à côté du palais dans les années 1960. Tout y est prévu pour les enfants, terrain de jeu et de places pique-nique inclus.

IMG_7201

IMG_7163IMG_7159

> Audley End House, ouvert tous les jours jusqu'au 30 Septembre (adultes £16.60; enfants 5-15 ans £10.00)

> Audley End Railway, ouvert les weekends et pendant les vacances scolaires (adultes £6; enfants £5; moins de 2 ans gratuit)

Posté par llleeeaaa à 16:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 2 mai 2016

L'élection du nouveau maire de Londres

Screen Shot 2016-04-26 at 10
Le City Hall, la mairie du Grand Londres, un building de Norman Foster


Les Londoniens voteront cette semaine pour élire leur nouveau maire, Boris Johnson s'en allant (good riddance, comme dirait Shakespeare) pour briguer le poste de futur premier ministre conservateur anti-européen après avoir passé 8 ans à City Hall (années passées à faire le pitre, approuver des tours de plus en plus hautes contre l'avis des habitants du quartier, et à inaugurer des projets touristiques comme l'Orbit, le Garden Bridge, le nouveau bus et le téléphérique).

Cette année on retrouve deux candidats que tout oppose, Zac Goldsmith et Sadiq Khan. L'un blond, l'autre brun; l'un grand, l'autre petit; l'un posh, l'autre working class; l'un conservateur, l'autre travailliste... Peut-être une chose les uni: leur malaise devant les questions du journaliste Norman Smith de la BBC. Zac ne sait pas où est le Museum of London (Barbican) ou quelle équipe de foot joue à Loftus Road (Queen Park Rangers); Sadiq s'en tire mieux mais ne sait pas quel est le plus vieux musée de Londres (British Museum), alors il en invente un ("the history museum")...

Le Mayor of London est le maire du Grand Londres, ses fonctions principales étant: planning stratégique (logements, égouts, environnement); approuver ou stopper des permis de construire; gérer et planifier les services de transport, ainsi que les pompiers, les secours et la police; gérer le développement économique de la capitale. Le nouveau maire devra faire face à une crise du logement sans précédent et un problème de pollution énorme.

À ma droite... Zac Goldsmith

Screen Shot 2016-04-26 at 10

Famille: Fils du milliardaire James Goldsmith, issu d'une famille juive franco-anglaise ayant fui les Nazis, et de Lady Annabel, dame de société issue d'une grande famille de l'aristocratie anglo-irlandaise, qui a donné son nom à un fameux nightclub londonien. Frère de Jemima, grande mondaine et ex du joueur de cricket pakistanais Imran Khan. Il grandi à Ham près de Richmond, à Ormeley Lodge, une grande maison classée avec piscine et tennis.
Éducation:
Eton; Cambridge Sixth-Form College. À la place d'aller à l'université, il voyage et travaille pour des ONG, dont beaucoup ont des liens avec son oncle Edward 'Teddy' Goldsmith, grand écologiste et fondateur du parti des Verts.
Carrière:
Après avoir travaillé pour un think thank en Californie, il 'trouve' un poste au magazine The Ecologist, fondé et dirigé par son oncle. Il en devient plus tard le rédacteur-en-chef.
Job actuel:
MP de Richmond, l'un des quartier les plus riches de Londres, depuis 2010.
Train de vie:
Il vit à Barnes avec sa femme Alice (Guinness-Rotschild) et ses deux enfants. Sa fortune est estimée à £1.2 milliard, ce qui lui ferait un revenu de £5 millions par mois grâce à son héritage seul.
Politique: écolo, anti-Union Européenne

Programme Back Zac 2016:
Transport: améliorera l'offre en incluant les lignes de trains de banlieue, commençant Crossrail 2 et le Night Tub; encouragera les cyclistes
Impôts: n'augmentera pas la partie du council tax dépendant de la mairie
Logement: s'assurera que 50,000 nouveaux logements sont construits à Londres chaque année d'ici à 2020; qu'une grande partie soit en location et non en vente; que les Londoniens aient priorité à l'achat de ces nouveaux logements
Pollution: tentera de résoudre le problème de pollution sur Oxford Street; encouragera l'utilisation de voitures électriques avec un projet style Autolib et un réseau de place de recharge; créera des limites plus strictes pour les camions; s'opposera à l'agrandissement d'Heathrow Airport
Espaces verts: protègera la Ceinture Verte de Londres; transformera les parcs de quartier pour qu'ils soient plus agréables.
Sécurité: augmentera le nombre de policiers dans les moyens de transport la nuit; soutiendra les équipes de polices de quartier
backzac2016.com

 

Et à ma gauche... Sadiq Khan

Screen Shot 2016-04-26 at 10

Famille: Des immigrants pakistanais, venus s'installer en Angleterre à la fin des années 1960 après la partition des Indes. Son père était chauffeur de bus; sa mère couturière. Il est le cinquième de 8 enfants. Il a grandi dans un HLM avec trois chambres dans la cité Henry Prince Estate, à Earlsfield, Tooting, où il a dormi dans un lit superposé jusqu'à l'âge de 24 ans.
Éducation: Ernest Bevin College, droit à l'University of North London, College of Law Guilford.
Carrière:
Avocat spécialisé en droit de l'homme, président de l'ONG Liberty, conseiller municipal, ministre des transports sous Gordon Brown (et le premier musulman à assister aux Cabinet meetings).
Job actuel:
MP de Tooting, l'un des quartiers les plus pauvres de Londres, depuis 2005.
Train de vie:
Il vit à Tooting avec sa femme avocate Saadiya et leur deux filles.
Politique:
social-démocrate, supporter d'Ed Miliband, pro-Union Européenne

Progamme Sadiq Khan for London 2016:
Transport: gèlera les prix des transports pendant 4 ans; introduira un nouveau billet de bus valide pour une heure plutôt qu'un trajet; améliorera les trains de banlieues en priorité et commencera Crossrail 2; encouragera les cyclistes et les piétons
Travail: seules les compagnies payant la London Living Wage pourront gagner des contrats publics; protègera des espaces start-up; créera un nouveau Business Advisory Board avec 50% de membre féminin
Logement: aidera les housing associations à construire un minimum de 80,000 logements par an; les nouveaux projets devront avoir 50% de logements abordables; créera une agence de location de Londres pour promouvoir des baux à long terme et une nouvelle sorte de logements abordables basés sur un tiers du revenu local;
Pollution: Transformera Oxford Street en rue piétonne; étudiera la possibilité de réduire la consommation d'énergie dans les transports en commun et d'étendre la zone basse émissions aux Zones 1 et 2 et routes principales; opposera l'agrandissement de Heathrow Airport; le but final étant d'être une ville zero-carbone
Espaces verts: préservera les parcs et plantera 2 millions d'arbres d'ici à 2020
Sécurité: instaurera une approche zéro-tolérance pour les crimes haineux et les porteurs de couteaux; recrutera plus d'officiers de police issus des minorités; fera baisser l'usage du stop and search (contrôle de fouille)
sadiq.london

 

Selon les derniers sondages, 48% préfèrent Sadiq, 32% Zac. Que le meilleur gagne! Moi j'ai déjà choisi mon candidat bien sûr – et vous?

 

AND the winner is... Sadiq Khan, avec 1,310,143 votes – un record!

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 28 avril 2016

Alan Kitching, typographe

Screen Shot 2016-04-22 at 12


J'ai découvert l'autre jour par hasard le travail d'Alan Kitching, un as du letterpress typographic design, c'est à dire de l'impression de caractère typographique. Dans son atelier The Typography Workshop à Kennington, dans le sud de Londres, il crée depuis des décennies des posters et des illustrations plus colorées les unes que les autres, utilisant sa collection infinie de caractères en métal.

Vous pouvez l'entendre parler de sa carrière, et le voir au travail dans ce petit film fait pour promouvoir la sortie de son livre, Alan Kitching: A Life in Letterpress:


Son talent inégalé pour la composition et la couleur – l'art de transformer les textes en images, en fait – à été mis en avant dans des projets récents pour The Guardian, la Royal Mail, la Tate Modern, le National Theatre et Borough Market, où vous pouvez toujours voir ses jolis signes.

Screen Shot 2016-04-22 at 12

Screen Shot 2016-04-22 at 12

Sa persévérance, et sa résistance à abandonner cet technique d'impression jugée obsolète il y a quelques années, lui vaut d'être révéré par tout les jeunes designers d'aujourd'hui qui aiment le fait-main autant que les ordinateurs.

Screen Shot 2016-04-22 at 12 Screen Shot 2016-04-22 at 12Screen Shot 2016-04-22 at 12

Screen Shot 2016-04-22 at 12

AK_FULL-BOOK-Dec-15-56

Screen Shot 2016-04-22 at 12Screen Shot 2016-04-22 at 12Screen Shot 2016-04-22 at 12

AK_FULL-BOOK-Dec-15-72

Si vous voulez voir son travail de plus près, allez donc jeter un oeil à la petite expo qui lui est consacrée à Somerset House. On peut y voir de jolies créations, y compris une version du calligrame d'Appolinaire Il Pleut, et son travail pour le Guardian (ci-dessous):

Screen Shot 2016-04-27 at 16
Photo: © Kevin Meredith

L'expo de graphisme Pick Me Up comprend également une exposition sur le travail d'une sélection de jeunes illustrateurs, et toute sorte de stands de petits studios et galeries, de Grey Jam à Clay Collective, proposant leurs créations originales. L'occasion de mettre la main sur un T-shirt totalement unique, ou de faire le plein de beaux livres et de cadeaux (comme les créations de Oh Deer) dans la boutique de l'expo.

> 'Alan Kitching: A life in Letterpress', Pick Me Up festival, jusqu'au 2 mai, Embankment Galleries, Somerset House, ouvert 10h-18h, mercredi et jeudi -21h, entrée £10, métro: Charing Cross/Covent Garden/Temple

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 24 avril 2016

La langue de Shakespeare

Calamity Meg
Photo: Shakespeare's Words by Calamity Meg

Le Royaume-Uni fêtait hier les 400 ans de la mort de Shakespeare à grand coup de spectacles et d'évènements spéciaux, de Stratford-upon-Avon où le Bard est né, à Londres, où il a fait carrière et changé la culture anglaise à jamais. Si vous vous promenez sur la South Bank aujourd'hui (de Westminster Bridge à Tower Bridge, en passant par le Globe, évidemment, pour faire le plein de joli cadeaux shakesperiens) vous pouvez voir 37 de ses pièces sur grand écran dans le cadre du projet The Complete Walk.

Son influence culturelle est énorme bien sûr, mais aujourd'hui j'aimerais célébrer son inventivité langagière... Ses pièces et poèmes ont contribué à standardiser la langue anglaise, sa grammaire et son vocabulaire, mais aussi ont popularisé de nombreux mots et expressions toujours utilisés aujourd'hui. Shakespeare aurait introduit dans le langage écrit, popularisé et inventé plus de 1 700 mots et expressions, comme "lonely" (seul/solitaire), "dwindle"(diminuer) ou les fameux "all the world's a stage" (le monde entier est un théâtre) et "the world is my oyster" (le monde m'appartient/est dans ma poche, incidemment à l'origine de la fameuse oyster card de TFL).


En voici une petite sélection:

"strange bedfellows" (The Tempest) : un drôle de tandem

“be-all and the end-all” (Macbeth) : le summum [le est-tout et le fini-tout]

“refuse to budge an inch” (Measure for Measure / The Taming of the Shrew) : refuser de bouger d'un poil

“cold comfort” (The Taming of the Shrew / King John) : maigre consolation

“a dish fit for the gods” (Julius Caesar) : un plat digne des dieux

“devil incarnate” (Titus Andronicus / Henry V) : diable incarné

“faint hearted” (Henry VI Part I) : faible

“milk of human kindness” (Macbeth) : le lait de la tendresse humaine

“full circle” (King Lear) : revenir à son point de départ

"seen better days" (Timon of Athens) : avoir connu des jours meilleurs

“good riddance” (Troilus and Cressida) : bon débarras

"fashionable" (Troilus and Cressida) : à la mode

“brave new world” (The Tempest) : le meilleur des mondes

“jealousy is the green-eyed monster” (Othello) : la jalousie est un monstre au yeux vert

“heart of gold” (Henry V) : coeur d'or

"addiction" (Othello): dépendance

“love is blind” (The Merchant of Venice) : l'amour est aveugle

“wild-goose chase” (Romeo and Juliet) : fausse piste [chasse à l'oie sauvage]

"all's well that ends well (All's Well That Ends Well) : tout est bien qui fini bien

"too much of a good thing" (As You Like It) : trop d'une bonne chose

"naked truth" (Love's Labour's Lost) : la pure vérité [nue]

"swag" (A Midsummer's Night Dream) : style, allure

"salad days" (Antony and Cleopatra) : années de jeunesse et d'inexpérience [les jours de salade]

“bedazzled” (The Taming of the Shrew): ébloui

“gloomy” (Titus Andronicus): sombre

“grovel” (Henry VI, Part II): ramper devant quelqu'un

"cruel to be kind" (Hamlet) : qui aime bien châtie bien

On estime que durant sa carrière Shakespeare a utilisé plus de 15 000 mots différents – à titre de comparaison, il y en a 5 642 dans l'Ancien Testament, et un paysan de l'époque avait un vocabulaire d'environ 300 mots. En empruntant à d'autres langues européennes, au grec et au latin, en changeant des noms en verbes et des verbes en adjectifs, en ajoutant des préfixes et suffixes à tout bout de champ, le grand dramaturge a réinventé sa langue et l'art de l'écriture.

Shakespeare aimait beaucoup à ajouter des préfixes comme "un-" (unsex, undeaf, unspeak, unshout, uncomfortable, uneducated, unlock, untie) pour renforcer le sens de ses lignes. Comme d'habitude, c'était un précurseur, puisqu'aujourd'hui beaucoup de nouveaux mots sont créés de la même manière, comme unfriend (sur Facebook), unfunny et untouristy...

 

 

Posté par llleeeaaa à 12:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 20 avril 2016

Playtime

 

Screen Shot 2016-04-20 at 11


Les Londoniens sont de grands enfants, c'est bien connu. Et rien ne leur plaît plus après une journée de travail que de passer leur soirée à boire des verres en jouant à un jeu. Heureusement, il reste encore quelques tables de billard et cibles de fléchettes (sans compter une piste de London skittles, une sorte de bowling que l'on peut essayer au Freemasons Arms à Hampstead) dans les pubs traditionnels de la capitale.

Mais depuis quelque années, c'est aussi devenu une vraie mode de transformer Londres en grand terrain de jeu pour kidults: nous avons maintenant un parc de trampolines, des soirées clubs avec piscine à balles et ballons sauteurs, un super café où l'on peut faire des robots en lego, une piste de pétanque au sec, une reconstitution du jeu télé Crystal Maze (un peu comme si on pouvait faire Fort Boyard en plein centre de Londres) qui vient d'ouvrir et qui affiche complet pour les prochains mois, et bientôt même un toboggan géant de Carsten Holler sur l'Orbit (cela ouvre ce printemps).

De nouveaux établissements cool et branchés reprennent le flambeau des jeux, et vous pouvez maintenant siroter votre pinte en lançant des fléchettes sans voir un seul bout de vieille moquette fleurie. Ping pong, bowling, jeux d'énigme et minigolf: il y en a vraiment pour tous les goûts. Voici les meilleures adresses de Londres pour les joueurs invétérés.

 

Bowling: All Star Lanes

Screen Shot 2016-04-16 at 14

C'est quoi? All Star Lanes c'est une chaîne de bowling alley au décor rétro style Grease et diner américain classique. Le matériel vient tout droit des US, et certaines branches offrent aussi des espaces karaoké.
Au menu: des classiques américains, y compris burgers, surf n' turf, wings and ribs, chilli dogs, pancakes...
Où ça? Bayswater, Brick Lane, Holborn, Westfield Stratford
Et aussi: Bloomsbury Bowling Lanes

 

Minigolf: Plonk

Screen Shot 2016-04-16 at 14

C'est quoi? Plonk propose des minigolfs au décor totalement kitsch – fausses fleurs, volcan, bambous, à quatre endroits différents.
Au menu: Bières, plus boissons style Tiki bar hawaïen et BBQ les weekends à Brixton
Où ça? Dalston, Brixton, Hoxton, Battersea et bientôt Victoria Park
Et aussi: Swingers, qui ouvre très bientôt

 

Babyfoot: Bar/Café Kick

Screen Shot 2016-04-16 at 14

C'est quoi? Ouvert depuis des années, Café Kick et Bar Kick sont de véritables précurseurs du mouvement. Leur spécialité: le babyfoot – ou comme on dit par ici, le table football – et un décor rétro sympa avec vieilles affiches de foot et souvenirs sportifs. Bar Kick est plus grand, avec onze babyfoot Bonzini.
Au menu: Sandwich, salades, tapas
Où ça? Shoreditch High Street et Exmouth Market
Et aussi: Pizza Pilgrims Soho; Beers & Buns

 

Fléchettes: Flight Club

Screen Shot 2016-04-16 at 14

C'est quoi? Avec ses jolies banquettes en cuir et ses luminaires originaux, Flight Club propose une version moderne d'un jeu très traditionnel. On peut y réserver une zone avec une cible, c'est parfait pour les groupes (jusqu'à 12 personnes).
Au menu: Mezze, pizza, burgers...
Où ça? Old Street/Finsbury Square
Et aussi: Old China Hand, Lamb & Flag

 

Ping pong: Bounce

Screen Shot 2016-04-16 at 14

C'est quoi? Avec 2 branches et 28 tables, Bounce est le spécialiste londonien du table tennis. C'est très chic, fait pour les groupes et les fans de ping pong, qui n'auront même pas besoin de quitter la table pour se faire servir... à manger.
Au menu: Cocktails à base de gin, pizzas et plats d'inspiration plutôt méditerranéenne.
Où ça? Farringdon et Old Street
Et aussi: Ping, Sink

 

Roller disco: Bump

Screen Shot 2016-04-16 at 14

C'est quoi? Bump est une roller disco nomade avec DJ et bar qui s'installera du 22 avril au 8 mai à Canary Wharf.
Au menu: boissons au Disco Ball Bar
Où ça? Canary Wharf
Et aussi: le London Friday Night skate

 

Jeux de société: Draughts

Screen Shot 2016-04-16 at 14

C'est quoi? Un café dédié aux jeux de société, Draughts (jeu de dames) propose plus de 600 jeux différents, de Camel Up à Walk the Plank en passant par Risk et Pictionnary. Il a été financé grâce à une campagne Kickstarter et il est très populaire.
Au menu: Mezze et plats d'inspiration méditerranéene
Où ça? Haggerston
Et aussi: votre local, ou pub de quartier, se doit d'avoir 5-6 jeux de société pour les après-midi pluvieux...

 

Billard: 1920 Bar

Screen Shot 2016-04-16 at 15

C'est quoi? Un bar au décor style New York, 1970, avec des tables de billard américain situé près de Farringdon, 1920 est ouvert depuis plus de 15 ans.
Au menu: Burger et apple crumble
Où ça? Clerkenwell
Et aussi: Efes Snooker Club, Riley's, Creechurch Club Room

 

Jeux d'arcade: The Four Quarters

Screen Shot 2016-04-16 at 15

C'est quoi? The Four Quarters est un bar tout simple avec des jeux d'arcade retro comme Pac Man, Space Invader et Sega Rally.
Au menu: Bières artisanales et grill américain
Où ça? Peckham
Et aussi: Loading

 

Énigmes: Hint Hunt

Screen Shot 2016-04-16 at 15

C'est quoi? Pour gagner auHint Hunt, ou la chasse aux indices,  une équipe de 3-5 personnes doit résoudre des énigmes pour pouvoir s'échapper d'une pièce fermée où a eu lieu un crime.
Au menu: Pas le temps de manger, il n'y a que 60 minutes pour trouver un moyen de sortir de là
Où ça? Euston
Et aussi: Clue Quest, Escape Hunt, Escape Rooms

 

Jeux vidéos: Meltdown

Screen Shot 2016-04-16 at 15

C'est quoi? Le Meltdown Bar est un repère de geek qui attire les meilleurs joueurs de jeux vidéo (ou eSports) du monde avec ses consoles, PC, live stream et tournois.
Au menu: Cocktails
Où ça? Caledonian Road
Et aussi: Gamer Disco

 

Best of: The Four Thieves

Screen Shot 2016-04-16 at 15

C'est quoi? The Four Thieves propose une très grande sélection de jeux différents, y compris mini course de voiture, ping pong et jeux d'arcade.
Au menu: British pub classics
Où ça? Battersea
Et aussi: The Lion; The Book Club

 

Bingo: Rebel Bingo

Screen Shot 2016-04-16 at 15

C'est quoi? Offrant un style de bingo décrit comme "intense and emotional", Rebel Bingo est un mix de club, bingo et spectacle qui décoiffe.
Au menu: Boissons seulement
Où ça? Camden Mecca Bingo, The Clapham Grand
Et aussi: Gala Bingo Tooting pour le décor

 

Posté par llleeeaaa à 15:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 11 avril 2016

Alexis Soyer, un chef français à Londres

Screen Shot 2016-03-21 at 11

 

On parle aujourd'hui d'une percée des chefs français à Londres: suivant les pas étoilés de précurseurs comme les frères Albert et Michel Roux ou Raymond Blanc, une nouvelle génération vient s'installer de ce côté-ci de la Manche. Au lieu de déléguer comme Ducasse, Robuchon et Gagnaire, des cuisiniers comme Hélène Darroze se mettent aux fourneaux anglais et y trouvent parfois plus de succès qu'à la maison. Arnaud Bignon au Greenhouse, Amandine Chaignot au Rosewood et Grégory Marchand, ancien Londonien et apprenti chez Jamie Oliver, qui vient d'ouvrir avec grand succès Frenchie à Covent Garden – la liste s'agrandit de plus en plus vite ces derniers mois.

Mais aucun d'entre eux ne peux espérer atteindre le même succès que leur ancêtre Alexis Soyer (1809-1858), le premier celebrity chef. Comme vous pouvez l'apprendre dans l'excellent biographie de Ruth Cowen, Relish: The Extraordinary Life of Alexis Soyer, Victorian Celebrity Chef, Soyer était non seulement un Français excentrique adorant les vêtements "à la zoug-zoug" (coupés en biais), mais aussi un cuisinier doué, auteur de best-sellers, philanthrope, héro de la Guerre de Crimée et inventeur de génie – son Magic Stove de 1849 est le premier réchaud de camping au monde.

Né en 1809 à Meaux-en-Brie, ce fils d'épicier fuit la révolte des Trois Glorieuses et suit les traces de son frère en Angleterre, où il devient en quelques années le cuisinier du très select Reform Club (où l'on peut encore aujourd'hui déguster ses Lamb Cutlets Reform). Ayant l'opportunité de rénover les cuisines du club, il les remplit de ses inventions brillantes: une machine à vapeur produisait l'énergie nécessaire pour pomper l'eau, faire chauffer les bains-marie, fonctionner les monte-plats et les ventilateurs; quant aux cuisinières, elles fonctionnaient au gaz (Soyer est le premier à cuisiner au gaz). Le tout était si étonnant que plus de 15000 visiteurs se sont pressés aux portes du club pour visiter les nouvelles cuisines où Soyer et son équipe préparaient pas moins de 5 repas différents par jour.

Screen Shot 2016-03-21 at 15

Screen Shot 2016-03-21 at 11

Grâce à ses menus extravagants (comprenant des plats comme miroton de homard, soupe à la tortue, crevettes au Champagne et gelée de framboises à la Fontainebleau), sa personnalité, ses inventions et ses livres à succès, il devient le cuisinier le plus connu d'Angleterre. Tel un Jamie Oliver Victorien, le chef au béret crée une marque de sauces pour Crosse & Blackwell (à l'origine produites près de Charing Cross Road) que l'on retrouve vite sur toutes les tables. Il cuisine un petit-déjeuner royal pour 2000 personnes le jour du couronnement de Queen Victoria en 1838, puis ouvre un 'pop-up' restaurant et parc d'attraction, le Soyer's Symposium, à l'emplacement du Royal Albert Hall (une entreprise risquée qui devient faillite commerciale).

Soyer

 

Mais ce n'est pas tout: Soyer créa aussi un livre de cuisine simple pour aider les gens à mieux manger à moindre coût, A Shilling Cookery for the People; des soupes populaires pour les pauvres Huguenots de Spitalfields; des cuisines portables qui pouvait nourrir 26000 personnes par jour pendant la Grande Famine d'Irlande, et sauva la vie à de nombreux soldats de la guerre de Crimée en transformant les cuisines de l'hôpital de Scutari, changeant les recettes des rations des soldats et leur apportant ses Magic Stoves (qui seront utilisés par l'armée britannique jusque dans les années 1980!).

Shilling

Screen Shot 2016-03-21 at 11

Une vie bien remplie qui se termina sans le sous, et sans reconnaissance du gouvernement... Mais Soyer restera à jamais dans les livres d'histoire comme le premier celebrity chef d'Angleterre et l'inventeur du réchaud – pas mal pour un fils d'épicier étranger qui ne savait pas écrire!

Posté par llleeeaaa à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 4 avril 2016

The Enchanted April, de Elizabeth Von Arnim

April
Voici un roman à lire par une belle journée de printemps, si possible assise au soleil dans une chaise longue près d'un parterre de fleurs éclatant ou sous une glycine parfumée. Cette histoire toute simple mais merveilleusement écrite, est un vrai un rayon de soleil. Quatre femmes très différentes répondent à une annonce dans le Times: "À louer pour tout le mois d'avril: château médiéval italien au bord de la Méditerranée" et cette escapade loin de leur train-train quotidien et du temps gris de leur pays (comme je les comprend!), va changer leur vie.

Décrit comme "a charming thing", The Enchanted April, est un conte léger qui connut un grand succès lors de sa publication en 1922. Dans la lignée de Midsummer Night's Dream pour son côté féerique et The Secret Garden pour le bucolique, précurseur de A Room With a View ou peut-être même de Bridget Jones' Diary, ce roman à la fois drôle et romantique nous offre des portraits de femmes précis, des points de vue uniquement féminins, et des descriptions de toute beauté des paysages et des jardins méditerranéens.

Enchanted

Le tout reflète parfaitement le talent, l'esprit et l'attitude originale de son auteur, Elizabeth von Arnim (1866 – 1941), que je viens tout juste de découvrir alors que c'était une véritable star littéraire à l'époque. Née Mary Annette Beauchamp, elle faisait partir du monde littéraire anglais: amante d'HG Wells, ami de George Bernard Shaw, cousine de Katherine Mansfield, et patronne d'EM Forster, le tutor de ses enfants. Von Arnim a vécu dans 35 maisons différentes, en Australie, Angleterre, Allemagne, Suisse et USA, avec ses 5 enfants et 14 chiens, et adorait recevoir des foules d'invités dans ses châteaux.

Pour écrire ce livre, elle s'est inspirée d'un séjour à Castello Brown, Portofino, ainsi que de sa vie privée (un mariage tumultueux avec le comte Von Arnim de Pomeranie) et de son amour pour les voyages. Elle a l'oeil pour remarquer les petits détails de comportement et de psychologie humaine, les problèmes de communication, les différences de classes sociales... Et tout cela fini avec un happy ending, bien sûr.

> The Enchanted April, par Elizabeth von Arnim est publié en livre de poche anglais par Vintage Classics et Penguin Books ou français par 10/18. Il y a aussi une adaptation cinéma de Mike Newell datant de 1992.

Posté par llleeeaaa à 08:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

lundi 28 mars 2016

Strange and Familiar, Barbican Art Gallery

StrangeFamiliar


Strange and Familiar: voici une exposition au Barbican Centre qui vaut le coup d'oeil. Elle rassemble des images datant de 1930 à aujourd'hui, prises par 23 photographes étrangers différents venus faire des reportages au Royaume-Uni. Sélectionnées par le grand photographe britannique Martin Parr, elles permettent de se faire une vision d'ensemble du pays, sa culture et son histoire. On y trouve de la poésie, du reportage de guerre, des clichés – bouteilles de lait sur le pas de la porte – et surtout des images étonnantes, que l'on soit Anglais ou non.

CasOorthuy1953London
London 1953, par Cas Oorthuys

De l'espionne soviétique Edith Tudor Hart qui montre le East End de Londres dans toute sa misère aux portraits de citadins faisant leurs courses, classés par style vestimentaire dans un diaporama fascinant, du Hollandais Hans Eijkelboom, l'exposition rassemble des points de vues et des approches artistiques totalement différentes.

J'ai beaucoup aimé l'auto-portrait de Tudor Hart, pris dans un miroir de Caledonian Market à Londres, ainsi que cette image si bien cadrée qui parait sortir tout droit de l'époque victorienne (comme avec beaucoup d'autre photos de l'expo pourtant prises dans les années 1950).

Edithtudor-hart
Gee Street, Finsbury, London, ca. 1936, par Elisabeth Tudor Hart

Quant aux photos du Français Raymond Depardon, elles savent trouver des touches de couleurs dans le Glasgow des années 1980, où il ne faisait vraiment pas bon vivre à première vue...

Screen Shot 2016-03-28 at 14
Glasgow 1980, par Raymond Depardon

Si le Chilien Sergio Larrain parvient à capturer parfaitement l'énergie de Londres, avec des images en mouvement, l'Allemand Frank Habicht est l'homme des Swinging Sixties. Son portrait d'une festivalière à chapeau à Hyde Park est magnifique, tout comme cette image de deux jeunes femmes demandant l'heure à un City worker:

Frank Habicht1960s
Time, Gentleman, please!, City of London (1960s), par Frank Habicht

À ne pas manquer également: les photos d'Henri Cartier-Bresson (ma préférée est ici), les portraits de mineurs gallois de Robert Frank, le travail d'Evelyn Hofer, une découverte, et les footballeurs amateurs dans leur vertes vallées de Hans van der Meer:

Hansvandermeer
Mytholmroyd, England, 2004, par Hans van der Meer

Si vous aimez ce billet vous aimerez sans doute aussi faire un tour à la Photographer's Gallery...

 

> Strange and Familiar, £12, jusqu'au 19 juin, Barbican Art Gallery, métro Barbican

Posté par llleeeaaa à 15:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

lundi 21 mars 2016

Waterloo Bridge

Matthew S
Photo: Matthew S/Flickr

L'une de mes expériences londoniennes préférées, c'est de traverser Waterloo Bridge, si possible assise tout devant à l'étage d'un double decker. En marchant c'est bien aussi, puisqu'on a plus de temps pour admirer les vues magnifiques de la capitale de chaque côté. À l'ouest, Westminster, Big Ben et le London Eye (dont vous pouvez prendre la photo l'un dans l'autre depuis le côté sud-ouest du pont); à l'est, la cathédrale St Paul, la City et les tours de Canary Wharf à l'horizon.

Mike

Peter Warne
Photos: Mike; Peter Warne

Reliant la South Bank et Covent Garden, Waterloo Bridge est non seulement très pratique mais aussi réputé comme étant l'endroit avec les plus belles vues de Londres. Malheureusement, ses vues vont peut-être bientôt être gâchées (ou améliorées selon les points de vue) par la construction du très controversé Garden Bridge (un projet coûteux, un emplacement douteux, un processus de sélection d'architecte totalement corrompu, et le tout payé en partie par le public mais avec pour résultat un espace privé).

Oubliez donc que son nom célèbre une défaite française et allez y faire un tour au plus vite. Au coucher du soleil, cela vaut certainement le coup d'oeil, et l'on comprend tout de suite pourquoi Ray Davies des Kinks a décidé de nommer ainsi sa ballade Waterloo Sunset, l'un des plus grands classiques de la pop anglaise des Sixties.

Scott Harper
Photo: Scott Harper/Flickr

Le pont que l'on emprunte aujourd'hui est en fait la deuxième version de ce passage sur la Tamise: le premier pont, inauguré en 1817, fait de granite et peint par Claude Monet (il a fait pas moins de 40 versions de la vue ci-dessous depuis sa chambre du Savoy Hotel), a dû être démoli car ses fondations était trop abîmées par la marée.

Screen Shot 2016-03-20 at 13

Screen Shot 2016-03-20 at 13

Son remplaçant est une structure en béton renforcé (la première sur la Tamise) recouverte de Portland Stone – un trait d'union entre le concrete de la South Bank et la belle pierre de Somerset House. Elle fut conçue par Giles Gilbert Scott, le grand architecte des Bankside (Tate Modern) et Battersea Power Stations, et le designer de la fameuse cabine téléphonique rouge

David Gomes
Photo: David Gomes/Flickr

Le nouveau pont a été construit pendant la Seconde Guerre Mondiale, principalement par des femmes comme Dorothy, ci-dessous. C'est pour cela que les bateliers de la Tamise l'appellent toujours le 'Ladies' Bridge'. Vous pouvez voir un petit documentaire sur le sujet par ici.

Screen Shot 2016-03-21 at 11

Des vues merveilleuses, un emplacement stratégique entre deux haut-lieux touristiques, une histoire fascinante...  Si vous passez par Londres, ne manquez pas de faire un tour sur Waterloo Bridge...

 


 

 

 

 

 

Posté par llleeeaaa à 11:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 9 mars 2016

All the china in the world

 

Screen Shot 2016-02-05 at 13

On produit de magnifiques porcelaines en Angleterre depuis le 17ème siècle, date à laquelle les secrets de fabrication des Chinois (d'où le nom china, très utilisé en anglais pour dire porcelaine) commençaient à être percés. Le coeur de l'industrie était à Stoke-on-Trent (aussi appelé The Potteries), située entre Birmingham et Manchester. C'est là-bas que l'on produisait tout le china adoré des Victoriens, qui avaient tous un beau service dans leur grand buffet et des figurines sur le manteau de leur cheminée.

La ville était parsemée de milliers de bottle kilns, ces fours à céramique aux cheminées arrondies (4000 à son apogée, 2000 dans les années 1950, mais seulement 47 aujourd'hui), un panorama impressionnant:

Screen Shot 2015-08-21 at 13
Stoke-on-Trent, 1946

Si cela vous intéresse, je vous recommande une visite de la Ceramics Gallery du Victoria & Albert Museum, rénovée il n'y a pas très longtemps et contenant une énorme collection de porcelaines d'Angleterre et d'ailleurs (c'est la plus grande au monde). Et il y a aussi le programme télé The Great Pottery Throw Down, une émission sympa dans la lignée du Bake Off, grâce à laquelle les Britanniques ont retrouvé le goût du tournage et du tournassage...

Aujourd'hui il reste de nombreuses marques et artistes céramistes basés dans le coin, mais aussi tout autour du pays. Voici les producteurs les plus intéressants (et dont les produits sont toujours Made in the UK):

 

Royal Doulton

Royal-Doulton


Fondé: 1815, à Vauxhall, London
Style: Figurines kitsch ou service d'inspiration scandinave, comme le très joli Fable, il y en a pour tout les goûts. Royal Doulton collabore avec des designers comme Barber Osgerby (Olio) et des artistes comme Pure Evil pour créer des modèles très contemporains.
Bestsellers: Jack the Bulldog (première photo de ce billet), star des derniers films James Bond; les Bunnykins, des petits lapins pour les enfants très classiques; la très jolie série de Charlène Mullen sur Londres, la bien-nommée London Calling.

 

Royal Crown Derby

Screen Shot 2016-02-05 at 13

Fondé: 1750, Derby
Style: Des services classiques avec motifs floraux ou géométriques traditionnels, et des figurines kitsch, particulièrement des presse-papiers en formes d'animaux, comme ces chats ci-dessus. Le tout décoré à la main avec moultes détails dorés. Et tout plein de modèles pour les fans de la famille royale, comme le Royal Baby Collection...
Bestsellers: Influencée par les arts du Japon, la collection Imari est très recherchée, tout comme le service Posie, avec ses jolis motifs floraux très traditionnels. Plus original: la Steampunk collection, qui ravira les fans de ce style rétro-futuriste si britannique.

 

Royal Worcester

Screen Shot 2016-02-05 at 13

Fondé: 1751, Worcester
Style:
Ayant fait faillite il y a quelques années, cette très ancienne marque n'est plus ce qu'elle était et fait partie d'un grand groupe, Portmeirion. Elle produit néanmoins de beaux services décorés de motifs inspirés de la nature pour des organisations comme la Royal Horticultural Society.
Bestsellers: Le fameux Evesham Gold, inspiré par les fruits d'automne du Vale of Evesham, grand succès depuis sa création dans les années 1960s; le service Paddington Bear; et l'élégant Peony Black avec ses pivoines monochromes.

 

Wedgwood

Screen Shot 2016-02-05 at 13

Fondé: 1759, Staffordshire
Style: Le célèbre Joshua Wedgwood, fondateur de la marque, a inventé le Queen's Ware (1762), Black Basalt (1768) and Jasperware (1774), avec des motifs classiques en relief sur des fond unis colorés. Aujourd'hui Wedgwood propose toute sortes de styles, des motifs orientaux d'Hibiscus aux petits pois vintage du service à thé Polka Dot.
Bestsellers: Wild Strawberry, avec un motif fraises et feuilles des années 1960s; Pin Stripe, un service à rayures créé par le couturier Jasper Conran; Butterfly Bloom (ci-dessus) un service à thé très original; et enfin la collection Peter Rabbit, un classique pour les enfants.

 


1882

Screen Shot 2016-02-05 at 13

Fondé: 2011, Stoke-on-Trent
Style: Issus d'une famille de potiers, Emily Johnson et son père Christopher ont décidé de créer une marque de céramique célébrant le design contemporain et les techniques les plus modernes. Le résultat: des pièces uniques comme Slick, un hommage au vernissage à la main.
Bestsellers: Crockery de Max Lamb (ci-dessus), basé sur des moules en plâtre, ou Indigo Storm de Faye Toogood, décoré à grands coups de pinceaux bleu.

 

Bernard Leach

Screen Shot 2016-03-02 at 10

Fondé: 1920, St Ives, Cornouailles
Style:
Bernard Leach est considéré comme le père des artistes-céramistes anglais. Inspiré par des années passées au Japon, son travail mélange techniques traditionnelles asiatiques avec des techniques européennes comme l'engobe et le salt glaze, et utilise des formes simples et basiques.
Bestseller: le Leach Standard Ware, produit avec de l'argyle de la région, et des glaçures à base de cendre et métaux. Des bols, assiettes et pichets rustiques dans une palette naturelle. En vente sur Seasalt.

Burleigh

Screen Shot 2016-02-05 at 12
Photo: Debi Kirksey

Fondé: 1851, Stoke-on-Trent
Style: Des motifs compliqués, surtout en bleu et blanc, qui ne sont pas peints mais transférés d'un tissu imprimé posé sur la céramique (un procédé inventé en 1750 et toujours utilisé dans l'usine victorienne de Burleigh). Dans le même genre il y a aussi the Bristol China Company.
Bestseller: Blue Calico , le motif le plus célèbre de Burleigh, produit en continu depuis plus de 40 ans; et la série Highgrove, pour nul autre que le Prince Charles...

 

Wade

Screen Shot 2016-02-05 at 12

Fondé: 1810, Stoke-on-Trent
Style: Wade utilise la porcelaine vitrifiée pour produire toute sorte d'objets: pichets, carafes, vases, lampes mais aussi bonbonnes à distiller et des bouteilles pour les fabricants de boissons, comme ces jolis modèles ci-dessus pour Johnnie Walker. Mais vous ne trouverez pas de service à thé à fleur par ici...
Bestsellers: Leurs drôles de Gluggle Jugs, inventés en 1870, sont des pichets en forme de poisson qui font glou-glou quand on les verse... Humour anglais?

 

The New English

NewEnglish

 

Fondé: 2009, Stoke-on-Trent
Style: Super contemporain, légèrement punk, avec des motifs crânes et os, insectes, tattoo ou graffiti. Les fondateurs de la marque travaillent avec de nombreux artistes originaux.
Bestsellers: Anatomica de Lisa Turner, une collection inspirée par des planches anatomiques du 18ème; Inkhead, de Florian Hutter, pour les fans de tatouages; et Lepidoptera, de drôle de papillons créés par Maxim des Prodigy...

 

Denby

Screen Shot 2016-02-04 at 14

Fondé: 1809, Derbyshire
Style: Des produits de qualité fabriqués avec du grès du Derbyshire, et fait pour durer sans se casser, dans un choix de 5000 glaçures différentes. De la vaisselle simple mais toujours élégante, à utiliser tout les jours et vendue dans des grands magasins comme John Lewis.
Bestsellers: Natural Canvas, avec son motif en flêche; toutes les mugs, plus jolies les unes que les autres; la collection Heritage Orchard au charme rétro.

 

Emma Bridgewater

Screen Shot 2016-02-04 at 13

Fondé: 1984, Stoke-on-Trent
Style: Fondé par Emma car elle ne trouvait pas de jolie tasse pour sa maman, cette marque est peut-être la plus connue et la plus populaire aujourd'hui, grâce à son côté rustique, coloré et charmant. Un grand succès qui a aidé à faire revivre la ville de Stoke-on-Trent, la marque propose aujourd'hui toute sorte d'accessoires et cadeaux.
Bestsellers: La ligne Polka Dot, avec ses petits pois de toutes les couleurs; et Black Toast, avec ses grosses lettres noires.


Ian McIntyre pour Another Country

Screen Shot 2016-02-04 at 13


Fondé: 2011, London
Style:
Another Country n'est pas une marque de porcelaine mais de meubles et d'accessoires, mais je l'ai inclue ici car elle collabore avec le pottier Ian McIntyre pour produire une collection qui plaira au minimalistes.
Bestseller:
Le petit pot à crème est particulièrement élégant...

Posté par llleeeaaa à 09:44 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

La personnalité des Tube Lines

Tube-Lines


Illustration: Alexandra Bucktin


L'autre jour on a appris le nom de la nouvelle ligne de métro de la capitale: la Elizabeth Line. Jusqu'ici connue sous le nom de Crossrail, cette ligne ultra-rapide qui va d'ouest en est sera marquée en violet sur la carte. Tout un programme royal (même si la reine n'a pris le métro que trois fois dans sa vie).

La Lizzie Line, comme on l'a déjà surnommée ici, aura-t-elle une très longue carrière, portera-t-elle de joli chapeaux et accueillera-t-elle les corgis avec plaisir? Ou sera-t-elle un gachis immense d'argent, un symbole d'une organisation désuète? Il faudra attendre son ouverture en 2018 pour le savoir.

En attendant, voici une petite présentation des lignes existantes et de leurs personnalités si différentes (elles ont d'ailleurs toutes des habits variés:


CIRCLE LINE
Née en 1863 (le premier métro au monde), c'est une très vieille grand-mère qui tremblote un peu (d'où les coupures de lumière fréquente), qui tourne en rond (d'où son nom) et qui radote beaucoup (toutes ses stations sont déjà desservies par la District, Hammersmith ou Metropolitan). C'est aussi la plus lente (il faut une environ heure pour faire le tour) de toutes les lignes. Comme elle est très utilisée et surchauffée, je l'évite le plus possible. Dans la plupart des cas, un bus ou une autre ligne ira plus vite.

BAKERLOO LINE
Un gentleman né en 1906, un peu Dr Jekill et Mr Hyde: la fois fin détective bien sapé comme Sherlock et peut-être cruel comme un général en bataille (son nom est composé de Baker Street et Waterloo) lorsque ses trains s'arrêtent à cause d'un signal failure à Oxford Street. Mr Bakerloo est fait de contraste: ses stations sont à la fois sous terre (15) et à l'extérieur (10) dans deux styles différents: art nouveau et arts & crafts. Il fume la pipe et porte un costume en tweed (brun bien sûr).

CENTRAL LINE
Quelqu'un de tout rouge (énervé d'avoir dû laisser passer 3 trains pleins), en sueur et tout coincé comme une sardine entre des centaines d'autres passagers (c'est la plus busy de toutes les lignes londoniennes, avec 260 millions de trajets par an). Je le vois comme un bonhomme au bord de la crise cardiaque, qui s'épuise à atteindre des banlieues très éloignées, et attend impatiemment la relève de la Elizabeth Line qui lui permettra de souffler un peu. Un monsieur à éviter à tout prix à l'heure de pointe...

DISTRICT LINE
Comme sa couleur l'indique, c'est une dame (pas toute jeune, elle est née 1868) qui aime à aller se mettre au vert et se promener dans ses nombreux parcs (Richmond, Wimbledon, Chiswick) à l'ouest. Elle préfère l'air frais, c'est sûr (c'est la seule ligne à traverser la Tamise sur des ponts et non des tunnels). Mais tout ça c'est pour le weekend seulement: elle a aussi un côté très bosseur, reliant le East End ou les travailleurs pauvres londoniens peuvent encore – tout juste – se payer un logement.

METROPOLITAN LINE
Comme sa copine Mme Circle, c'est très vieux monsieur né en 1863. Il a de longs bras (ses stations sont les plus éloignées du centre) et un bon boulot: il porte une cravate magenta et un beau costume, et travaille sûrement à la City (Moorgate, Liverpool Street) et vit dans la banlieue chic du nord-ouest de Londres (Amersham, Chalfont & Latimer) où il a certainement une belle maison et des chevaux dans le pré.

HAMMERSMITH & CITY LINE
Devenue une ligne séparée en 1988, cette jeune fille suit les pas de ses grands-parents Mme Circle et Mr Metropolitan et partage les rails de sa cousine District. Et elle est branchée, reliant les bobos de Ladbroke Grove avec les hipsters de Whitechapel, mais ne va pas très vite du tout. Je dois avouer que je ne la connais pas très bien, je l'ai empruntée peut-être deux fois en 12 ans à Londres (elle a trop de concurrents).

NORTHERN LINE
Né juste avant la guerre en 1937, c'est le goth de l'histoire: non seulement il porte du noir, mais il circule très profond sous terre, passe à Camden et a pour terminus sud la station de Morden (Mordor?). Même à Angel, au nom pourtant si rassurant, il y a une grande soirée goth derrière la station... Méfiez-vous, son côté un peu envoûteur (il nous rend tous confus avec ses deux branches...) fait faire à ses trains et ses passagers des choses bizarres – et il a quand même 4 stations fantômes.

WATERLOO & CITY
Malgré sa jolie couleur d'eau tropicale, Mr WC est un mec qui pue: son surnom, c'est le Drain (les égouts, on comprend tout de suite quand on l'emprunte). Il est utilisé uniquement par les commuters des banlieues sud-ouest qui veulent se rendre à leurs bureaux à la City. Si vous êtes un touriste, éviter et prenez un bateau Thames Clipper, vous verrez du bleu et ça sentira meilleur.

VICTORIA LINE
Régnant sur Londres comme la reine qui lui a donné son nom régnait sur le British Empire, Victoria connecte les gares de Euston, St. Pancras, King's Cross et Victoria. Efficace, très rapide et entièrement sous terre, on ne peut tout simplement pas s'en passer. Elle a une jolie robe bleue et elle aime se parer de carreaux différents pour chacune de ses stations, une pile de briques à Brixton, un labyrinthe à Warren Street.

PICCADILLY LINE
C'est la ligne à tout faire, surtout quand on est en vacances. Un mec sympa qui t'emmène au musée (South Kensington, Holborn), faire du pédalo (Hyde Park Corner), voir un film (Leicester Square), faire du shopping (Covent Garden)... Et puis quand t'en as marre, il te dit prend ta valise, assied toi, prend un bouquin (c'est loin), et je t'emmène à Heathrow pour un quart du prix du Express. Avec un nom de terminus comme Cockfoster, on est sur de bien rigoler sur la Piccadilly.

JUBILEE LINE
Sa couleur argentée et son nom commémorent le Silver Jubilee de la reine Elizabeth, mais cela me fait plutôt penser à un geek qui aime le métal, les gadgets (les quais sont protégés des voies par des vitres) et les trucs hi-tech (de belles stations à l'architecture ultra-moderne). Le jeune homme qui porte une montre Apple et des baskets nous aide à relier le pouvoir politique (Westminster) au big business (Canary Wharf).

DLR
C'est un mec né dans les années 1980, indépendant (pas besoin de chauffeur!), et de petite taille (les trains ne sont pas très longs). Il tremble d'excitation (le DLR bouge beaucoup entre Bank et Shadwell) en se dirigeant vers les grandes tours de Canary Wharf où il travaille (et rêve de rencontrer son pote de Chicago, le L train, lui aussi aérien). Les weekends il aime aller boire un verre ou manger une glace à Greenwich. Comme il n'a pas gagné au lotto il ne vit pas sur le Isle of Dog mais au bout de la ligne à Lewisham.

OVERGROUND
Le petit dernier de la famille, Mr Over est bien sûr un jeune hipster roux à bonnet portant de grosses lunettes, une chemise à carreau et un casque Beats. Il relie tous les quartiers branchés de la capitale, de Dalston à Shoreditch en passant par New Cross et Peckham, et s'il n'était pas une ligne de métro, il serait un vélo fixie, sans aucun doute. Ceci-dit, il est adoré par tous car sacrément pratique: il relie aussi tous les quartiers de zone 2-3 où les gens habitent...


Et enfin: la Emirates Air Line: une imposteur qui se donne des airs et fait la belle mais n'intéresse personne: ce n'est pas un moyen de transport mais un téléphérique pour touristes...

 

Posté par llleeeaaa à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 16 janvier 2016

Poppie's Fish & Chips

Screen Shot 2016-01-07 at 13

Où manger un bon fish & chips à Londres, that is the question. Eh voilà une très bonne adresse pour vous: Poppie's Fish & Chips à côté de Spitalfields Market (il y en a un autre à Camden également). C'est tout simplement un des meilleurs fish & chips que j'ai mangé dans la capitale; le poisson est cuit comme à la vapeur dans sa croûte de pâte à frire, les frites superbes, et les sauces parfaites.

Un tel délice s'explique tout d'abord par la qualité des ingrédients: le poisson (aiglefin, cabillaud, sole et plie...) vient d'Écosse ou de Cornouailles, et les patates sont des Maris Piper fraîchement débarquées des champs (et les glaces sont préparées par Minghella sur l'Isle of White...) Et ensuite par l'expérience de son patron, Pat 'Pop' Newland, qui a commencé dans le métier en 1952, à 11 ans, en coupant les journaux pour envelopper les fish & chips d'un café du East End (aujourd'hui les siens sont emballés dans des faux journaux d'époque, loi oblige).

Screen Shot 2016-01-07 at 14
Photo: Leon Neal

Poppie's a aussi son propre poissonnier, qui prépare les filets chaque matin, des chefs qui cuisent le poisson 8 minutes pas plus, et un secret: changer la pâte à frire chaque 30 minutes pour que la texture soit toujours parfaite. Quant à la déco, elle est vintage à souhait, avec jukebox, serveuses en robes 1950s et photos de vieilles stars du East End aux murs.

Screen Shot 2016-01-07 at 14

Screen Shot 2016-01-07 at 14

N'oubliez pas de commander des mushy peas (une préparation style purée à base de pois à grain ridé), qui ajouteront un peu de verdure à votre assiette, ainsi que d'arroser vos chips de malt vinegar, les deux accompagnements traditionnels. Si vous êtes courageux, vous pouvez aussi goûter à un plat typique du East End, les jellied eels (anguilles en gelée) – perso je n'ai jamais osé.

Sachez que cette adresse est adorée des touristes comme des Londoniens, qui s'y précipitent les vendredis, jour traditionnel du fish & chips. Donc réservez, ou venez en dehors des heures de repas (et avec une grosse faim, les portions sont énormes...). Sinon, s'il ne pleut pas, on peut faire takeaway et s'assoir aux alentours (ce qui par ailleurs est la façon la plus authentiquement anglaise de déguster cette spécialité, à défaut d'être dans sa voiture parquée au bord de la mer, un vendredi soir sous la pluie).

> Poppie's Fish & Chips, 6-8 Hanbury Street, London E1 6QR, Tel: 020 7247 0892. Métro: Liverpool Street

D'autres bons fish & chips: Rock Sole Place, Covent Garden; Sutton & Sons, Stoke Newington; et une liste de Time Out par ici.

Posté par llleeeaaa à 10:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 7 janvier 2016

Le pouvoir du French accent

Screen Shot 2016-01-07 at 13

Poster par One Must Dash


Vous n'arrivez pas a prononcer squirrel ou Worcestershire? Vous pouvez pas faire la différence entre hungry et angry? On vous répond tout de suite en Français quand vous achetez un sandwich à Londres? Pas de panique: votre accent français est un atout. Les Anglais en raffolent (même si l'accent British est tout aussi attirant pour les étrangers). Ici on s'en sert pour vendre tout tout tout, des parfums aux voitures, et même aux Petits Filous...


Une prononciation à la Française fait vendre, surtout quant il s'agit de produits typiquement Français ou qui correspondent aux clichés que les étrangers ont sur le pays (d'où la place du village idyllique ci-dessus). Alors en plus quand on ajoute une star du foot (même les Anglais s'y mettent), ou un côté rétro, ça cartonne!


Comme l'explique cet article, la magie de l'accent français tient dans la difficulté de prononcer des voyelles à l'anglaise, et de mettre l'accentuation sur la bonne syllabe dans un mot. C'est aussi son côté mystérieux qui plaît: un Anglais peut savoir d'où vient géographiquement et socialement un de ses compatriotes dès qu'il ouvre la bouche, mais pas un Français ou une Française...

Si vous êtes en train d'apprendre l'anglais, ne vous en faites donc pas trop sur votre prononciation! Beaucoup de Français ont trop peur de parler, mais c'est en pratiquant qu'on apprend! Au pire quelqu'un se moquera de vous en disant "Petit Filous... make your bonz gro ztrunger."

Posté par llleeeaaa à 13:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :