Image_2

Ici, on fait un grand hoopla pour les mémoires de Tony Blair, sortis hier. Mais moi, je préférerais vous parler d'un vrai document historique: un blog sur la vie quotidienne d'une docteure en Afghanistan qui apporte un autre éclairage sur le conflit que les traditionnels reportages télé.

J'aimerais donc vous parler de Karen Woo, l'auteur de Explorer Kitten in Afghanistan. Sa photo s'est étalée dans tous les journaux britanniques il y quelques semaines, car la jeune femme de 36 ans s'est fait tuer par des insurgés alors qu'elle revenait d'une expédition dans la province du Nuristan, où elle était aller soigner les villageois isolés. Elle devait se marier quelques semaines plus tard.

Dr Woo avait atterri à Kaboul pour la première fois en décembre 2009; elle y travaillait pour la compagnie Bupa. Elle est ensuite retournée en Afghanistan pour aider les organisations caritatives, Bridge Afghanistan et International Assistance Mission. Son œuvre se continue maintenant avec la Karen Woo Foundation.

Danseuse, docteure au grand cœur, amoureuse des chats et des lapinous, grande voyageuse et garçon manqué, cette Londonienne était aussi une excellente communicatrice, et une très bonne blogueuse. Elle raconte ses visites au salon de massage thailandais, son déjeuner avec le directeur de la prison, sa classe de yoga, ses sorties shopping, ses rêves de sushis, ses raids au supermarché des expats... Voici quelques morceaux choisis du blog:

Premières impressions

As yet, I have not been outside of the compound and it seems quite strange that I am in an entirely foreign country yet you'd hardly know it from here but for the supremely crap internet connection and the numerous choppers passing over head. So far I've eaten burger and chips, burger and chips. Think I might ask chef to do some afghan food for me as actually prefer it.

Pour le moment, je n’ai pas encore pu m’aventurer hors du camp et cela me fait très bizarre d’être dans un pays étranger, on ne s’en rend compte qu’à cause de la connexion internet super pourrie, et des innombrables hélicos qui nous passent au dessus de la tête. Jusqu’à présent je n’ai mangé que des hamburgers et des frites, hamburgers et frites. Je demanderais bien au chef de préparer des plats afghans car je pense en fait les préférer aux hamburgers…

Les victimes afghanes

All in all the majority of the dead and wounded were Afghans. Civilian Afghans just going about their daily business, without the luxury of armored cars or close protection, these, the most vulnerable people are taken out by so called taliban insurgents. If I were an ordinary Afghan I think I’d say “Fuck off insurgents! Stop blowing yourselves and us up”.

En tout et pour tout, la majorité des tués et blessés sont les Afghans. Des civils, qui doivent vivre au quotidien sans le luxe des voitures blindées et des gardes du corps. Ce sont eux, les plus vulnérables, qui sont les victimes des soi-disant talibans insurgés. Si j’étais un Afghan ordinaire, je pense que je dirais, “Allez-vous faire foutre les insurgés! Arrêtez de vous faire explosez, et nous avec.”

Les gilets pare-balles pour hommes

I did have a body armour vest made for a woman (slightly more space at the front) but as I don't have much to put in it anyway I've now got one of the guys' hand me downs which is much lighter and much more comfortable.

J’avais bien un gilet pare-balles pour femme (avec un tout petit peu de place en plus sur le devant), mais comme de toute façon je n’ai pas grand chose pour le remplir, j’utilise à présent un gilet pour homme que l'on m'a refilé et qui est bien plus léger et bien plus confortable.

Être une docteure en Afghanistan

I have been terrifying Afghan men with my femaleness and daring use of the stethoscope. It is mightily disconcerting to be perceived as intimidating or just generally odd. I'm not very big and certainly not particularly scary so it's hard when the reaction that is provoked is either of abject embarrassment or of outright fear. They don't say much but like small children giggle or hold themselves rigid. It's hard not to care about people who are so vulnerable. They say that expat women here are treated like a third race - neither male nor female in their eyes - and I am getting this strongly now. I feel so very alien; in my attitude, in my upbringing.

Je terrifie les hommes afghans avec ma féminité et mon usage osé du stéthoscope. C’est très déconcertant d’être perçue comme intimidante, ou plus généralement, bizarre. Je ne suis pas très grande, et certainement pas très effrayante, alors c’est difficile quand je vois que je provoque des réactions de grand embarras ou carrément de peur. Les hommes ne disent pas grand chose mais se tiennent tout droit ou rigolent comme des petits garçons. C’est dur de ne pas se soucier de personnes qui sont si vulnérables. On dit que les femmes expatriées ici sont traitées comme une troisième race – ni homme ni femme – et je ressens ça très fort en ce moment. Je me sens totalement étrangère, dans mon attitude, dans mon éducation.

Se sentir à la maison

It's strange, in a way, as I feel quite at home, though I know that life here for most of my friends back home would seem like one hellish choice to have made. I'm happy comparing kit with the boys and I don't have to discuss pop stars or celebrity gossip or other 'girly' topics that have never really excited me.

C’est étrange, d’une certaine façon je me sens plutôt à la maison, même si je sais que la vie ici pour la plupart de mes amis au pays serait plutôt comme d’avoir fait un choix infernal. Je suis heureuse de comparer le matos avec les gars, et je n’ai pas besoin de discuter les derniers ragots sur les stars et les célébrités, ou autres sujets ‘de fille” qui ne m’ont jamais trop intéressés.

Problèmes éthiques

Expliquant que certains employés blessés se font rapatrier à grand frais, alors que d’autres sont laissés en Afghanistan malgré leur état critique:

The economical implications of having full insurance capability for all members of staff would be potentially prohibitively expensive for a company operating here. So they opt to have a tiered system in which other nationalities feature higher or lower on the scale of importance. At the top are the 1st world nations: the USA, UK, members of the European Union, then there are all the imported staff: the Philippines, India, Nepal. In some large companies here the eating and accommodation are segregated... not expat versus local nationals but 1st world versus the others. Different food, different standards, different expectations. There are some sick things going on here, differentiation based on nationality, the passport you hold; an indicator of your worth. I think about Mahatma Gandhi's protest against 1st 2nd and 3rd class status based on ethnicity, sadly it exists here in tangible form.

Pour une compagnie opérant en Afghanistan, avoir des assurances complètes pour tous ses employés serait beaucoup trop coûteux. Donc la plupart des compagnies optent pour un système de niveaux dans lequel les différentes nationalités sont plus ou moins importantes. Au top sont les nations du ‘premier monde’: les USA, le UK, les pays de l’Union Européenne… Puis il y a tous les employés importés des Philippines, d’Inde, du Népal. Dans certaines compagnies même les chambres et les cantines sont séparées. Ce n’est pas les expatriés contre les locaux, mais le premier monde contre les autres. Nourriture différente, standards différents, attentes différentes. Il y a beaucoup choses horribles qui se passent ici, une différentiation basée sur la nationalité, sur le passeport que l’on a; une indication de sa valeur. Je pense au combat de Mahatma Gandhi contre les statuts de 1ere, 2eme et 3eme classe basée sur l’éthnicité. Malheureusement cela existe ici de manière très tangible.

Différences culturelles

Ms wanted to show me a picture of his fiancée. A very pretty girl, I asked "How old is she?", "16", he said, "She's still in school studying". How old are you I asked, "I'm 26" he told me. "Do you think that you're a bit too old for her?" I asked him. In Afghanistan that is normal, and anyway we are just engaged, I cannot marry her until I can pay her family for her, maybe $6000USD, it will take me a long time to save up the money". I think to myself how curious that the Afghan bride price is quoted in US dollars.... "So you're going to buy her?" I ask. "Yes, but it's ok because she loves me" he tells me. "In the UK, do they pay the family for the woman?" No, I say, "Not really... In my head I'm thinking about the various ways in which people and families manipulate each other in marriage – pre-nups, vast sums on engagement rings and the sheer cost of some weddings means that we're not such a long way away from a cold hearted business transaction.

Ms voulait me montrer une photo de sa fiancée. Une très jolie fille. Je lui demande; “Quel âge a-t-elle?” "16 ans," il répond. "Elle est encore à l’école". "Quel âge as-tu?" je lui demande. “J’ai 26 ans.” ‘Tu ne penses pas être trop vieux pour elle?” “En Afghanistan c’est normal, et de toute façon on est juste fiancés, je ne peux pas me marier avant de payer sa famille, peut-être $6000, cela va me prendre longtemps pour économiser cette somme." Je me dis c’est curieux quand même que le prix d’une fiancée afghane se compte en dollars américains. “Alors tu vas l’acheter?” “Oui, mais c’est ok parce qu’elle m’aime. Au UK, est-ce qu’ils payent la famille pour la femme?”. Non, pas vraiment. Dans ma tête je pense à tous les moyens que les gens utilisent pour se manipuler les uns les autres avec les mariages – les contrats de mariage, les sommes dépensées en bagues de fiançailles et le coût de certains mariages font que nous ne sommes pas si loin d’une froide transaction commerciale.

Faire du cerf-volant (une grande tradition afghane)

I am controlling it with just finger and thumb, I feel like a bird, my feet planted on the ground but my body transported along the string to the dancing, weaving kite, riding the updraft... It's meditative, transcendental. As the kite rises higher it disappears from sight and only the intensely strong sun fills my visual fields, a thin but sturdy kite string arising from my finger tips disappears in to the sky and I feel like I am connected directly to god, that if I pull hard enough on the string that something strange and beautiful might return to me attached to the end instead of my kite.

Je le contrôle juste avec mon index et mon pouce, je me sens comme un oiseau, mes pieds plantés dans le sol mais mon corps transporté le long du fil jusqu’au cerf-volant qui danse dans le vent. C’est méditatif, transcendantal. Le cerf-volant monte de plus en plus haut, et disparaît de mon champ de vision, je ne vois plus que le soleil, et un fil très mince mais solide qui part de mon doigt et disparaît dans le ciel et je me sens connectée directement à dieu, et si je tire suffisamment sur le fil, quelque chose d’étrange et de beau reviendra peut-être au lieu du simple cerf-volant.