Image_2

Ou plutôt, j'aurais dû écrire réactions aux memwars de Tony Bliar.

Les memwars, le petit nom donné à l'autobiographie de Mr Blair, ça se prononce comme mémoires en anglais, sauf que ça fait allusion aux guerres (wars) d'Iraq et d'Afghanistan... Et Tony Bliar, c'est le surnom de Blair depuis très longtemps. Liar veut dire menteur en anglais, et nombreux sont ses anciens électeurs qui l'accusent d'avoir menti au sujet des armes de destructions massives de Saddam Hussein.

Blair a dû annuler pas mal de séances de signature de son livre (y compris la fête de lancement qui aurait dû avoir lieu à la Tate Modern à Londres) par crainte de trop grandes manifestations, comme celle de Dublin où environ 200 manifestants s'époumonaient sous la pluie (voir la vidéo). C'est vrai que des gens qui crient war criminal (criminel de guerre), ça fait un peu tache. Car plus que tout autre aspect de sa politique, c'est vraiment la question de ces deux guerres, déclarées contre l'avis du peuple et de l'ONU, qui ne passe pas chez les Britanniques.

En février 2003, j'ai eu la chance d'être à Londres lors d'une manifestation historique: environ 2 millions de personnes ont défilé en brandissant des pancartes du style: "Make tea not war" (Faites du thé pas la guerre). Des Shetlands aux Cornouailles, tout le pays (toute la planète en fait) a manifesté – en vain. Et c'est pour cela que beaucoup de Britanniques considèrent Blair comme étant "aussi pire" que la premier ministre la plus détestée du pays, Margaret Thatcher.

Même la BBC a présenté un sujet sur le livre aux nouvelles télévisées, avec un désinvolte: "Tony Blair's version of history". Ou sa version de l'Histoire par Tony Blair. C'est subtil, mais cela sous-entend quand même qu'il y a d'autres versions de l'Histoire, peut-être plus vraies. Quand aux journaux, beaucoup en ont profité pour annoncer que Tony Blair venait d'acheter cash une maison de trois chambres dans un quartier chic à presque £1 million de livres pour sa fille de 22 ans, étudiante en droit.

Pour le moment, le livre de Blair est numéro un des ventes en Angleterre, avec plus de 100,000 exemplaires vendus (les recettes du livres seront reversées à une association d'anciens combattants). Mais les opposants à l'ancien premier ministre ne se laissent pas abattre: comme vous avez pu le voir au tout début de ce message, ils ont trouvé un moyen subtil, drôle et légal de montrer leurs sentiments. Il s'agit d'un groupe facebook, Subversively move Tony Blair's memoirs to the crime section in book shops, qui a déjà plus de 11 000 membres 

Image_13

Déplacez subversivement les mémoires de Tony Blair dans la section "roman policier' des librairies
Description: Faites partie d'un mouvement littéraire. Littéralement.

Voici quelques photos de ce "mouvement" littéraire très futé:

Image_5

Image_6

Image_8

C'est vraiment dommage qu'en français, la section "Romans Policiers" ne sonne pas aussi bien que "True Crime"...

>
 Vous pouvez lire les extraits de A Journey de Tony Blair ici, voir un drôle de résumé ici, et un autre plus sérieux ici (tous en anglais)