Poppies

 

Chaque fin octobre, les petits coquelicots de papier du Poppy Appeal poussent comme des mauvaises herbes sur toutes les boutonnières des manteaux du Royaume. Tous le monde s'y met: présentateurs télé, personnalités sportives, hommes et femmes politiques, et même Mr et Mrs Smith. Tout le monde ou presque se retrouve avec un petit poppy qui ressemble à ça:

 

Poppy

Chaque année, environ 26 million de ces coquelicots sont vendus, récoltant dans l'ordre de £35 million de donations pour la branche caritative de la Royal British Legion, qui s'occupe d'aider les soldats blessés et de soutenir les familles des soldats morts au combat. Porter un poppy – c'est-à-dire honorer les hommes et les femmes qui risquent leurs vies pour leur pays, en Afghanistan ou ailleurs – c'est une noble cause chère aux Britanniques depuis 1920 – les fleurs faisant référence aux champs de coquelicots de la Première Guerre Mondiale, rendu célèbre par le poème In Flanders Fields (Au Champ d'Honneur).

Image_25

Ces petites broches sont fabriquées par 50 personnes, pour la plupart d'anciens soldats, qui travaillent toute l'année dans la Poppy Factory à Richmond, dans la banlieue de Londres (voir une vidéo ici). Plus de 300,000 bénévoles se chargent ensuite de les vendre aux coins des rues du pays. Elles se portent de la fin octobre jusqu'à l'Armistice le 11 novembre, ou jusqu'au Remembrance Sunday, le deuxième dimanche de novembre.

Cette année l'organisation espère battre tous les records de donations grâce à un single et une vidéo sans musique: deux minutes de silence observées par toutes sortes de célébrités britanniques, y compris David Cameron et le chanteur d'Iron Maiden. En tout cas, si maintenant vous voulez avoir l'air plus Brit que Brit, vous savez ce qu'il vous reste à faire...