_

Image_2

Mais qu'est-ce que cette mystérieuse et menaçante bâtisse? Serait-ce une prison de carton pâte, construite pour le tournage du dernier Harry Potter? Un bagne sur une île écossaise, où l'on envoie les Britanniques qui refusent de manger des mince pies? Ou peut-être sont-ce les anciens bureaux de Margaret Thatcher?

Non, ça ne vous dit rien? Vous trouverez la réponse après cette jolie gravure, qui donne presque envie d'aller faire un tour dans le beau potager...

Image_8

Il s'agit de Her Majesty's Prison Wandsworth, la plus grande prison du Royaume-Uni, construite en 1851 dans le sud-ouest de Londres, alors que les Britanniques ne savaient plus quoi faire de tous leurs criminels (l'Australie, où ils avaient pris l'habitude de les envoyer, commençait à être bien pleine). Ce magnifique exemple d'architecture Victorienne a très mauvaise réputation encore aujourd'hui, et accueille 1,664 prisonniers. Le plus connu d'entre eux, jusqu'à mercredi dernier, était le grand écrivain et dramaturge Oscar Wilde.

Vous l'avez deviné, la nouvelle star derrière les barreaux, c'est Julien Assange de Wikileaks. L'homme au nom de héros d'un roman de John Le Carré, défendeur du droit à l'information, ennemi numéro un des diplomates du monde entier, habitait ces dernières semaines à Londres au club de journalistes The Frontline Club près de Paddington. Il attend de savoir s'il va être extradé vers la Suède, où il est accusé d'agressions sexuelles. En attendant, les journaux continuent de publier de nouvelles informations sur les révélations de Wikileaks, dont vous pouvez lire les points forts en anglais sur le Guardian. Cet article de la BBC présente les informations de manière très claire, et cet autre article est intéressant aussi. Quand au Daily Mail, il s'intéresse de près aux Suédoises.

Ici on parle aussi beaucoup des attaques des hacktivists (de hacker + activistes) du groupe Anonymous, qui causent bien des problèmes à Visa et Mastercard (deux compagnies qui ont refusé de travailler avec Wikileaks, empêchant l'organisation de recevoir des donations). Cet éditorial du Guardian, montre bien les enjeux révélés par cette histoire fascinante.

Mais bien sûr, ce dont tous les Londoniens parlent vraiment cette semaine, c'est des émeutes à Westminster. Hier a été voté la hausse des frais de scolarités, contre laquelle défilaient les étudiants depuis plus d'un mois. Du coup, la tension est montée, le centre de Londres est devenu un champs de bataille, et Prince Charles et Camilla s'en sont même pris plein la figure.

Image_13

Les étudiants se sont énervés, les policiers aussi. Et le mot sur toutes les lèvres des journalistes c'est kettling, cette méthode qui consiste à retenir les protestataires, serrés comme des sardines dans une zone de containment, avant de les laisser partir au compte-goutte pour faire baisser la pression, comme la vapeur qui s'échappe d'une bouilloire (kettle).

Pour résumer: les membres du parlement, qui ont tous été à l'université gratuitement (les fees ayant été votées par le Labour en 1998), ont décidé de faire payer les jeunes étudiants – et donc leur futur électorat – le double de ce qu'ils payaient déjà (lire les détails de l'affaire). Probablement un mauvais calcul politique sur le long terme donc...

> Très belles photos des manifs sur The Big Picture comme celle ci-dessous:

Image_12

> Très bon article en français qui résume l'affaire Wikileaks et qui propose une traduction de l'éditorial du Guardian

> La video Wikileaks Samba, un hit sur youtube