Foot

En ce moment je trouve le monde du football britannique super intéressant. Pas au point de regarder un match, je vous rassure. Non ce qui m'intéresse c'est plutôt ces trois nouvelles "règles" qui sont apparues dernièrement sur les terrains du UK, le pays d'Arsenal, de Man U, des hooligans... le pays où toutes les petites filles veulent épouser un footballeur.


RÈGLE 1: Il est interdit de dire du mal de la FIFA

L'excellente émission d'investigation de la BBC, Panorama, a diffusé un épisode sur la FIFA trois jours seulement avant que l'organisation n'annonce les prochains pays responsables d'organiser la World Cup. Dans ce reportage, Panorama dépeint la FIFA comme une mafia du sport, et accuse quatre des 22 membres du comité d'être corrompus (lire l'article de L'Équipe à ce sujet). Beaucoup ici pensent que c'est à cause de ce reportage que les Anglais n'organiseront pas la prochaine coupe du monde. La FIFA, quant à elle, dit que les British sont mauvais perdants, et se concentre sur des marchés à développer comme le Qatar et la Russie, plutôt que des pays ou le foot est roi. En tout cas, une chose est sûre: ils sont très déçus.

Image_15

La dernière fois que l'Angleterre a organisé la coupe du monde, c'était en 1966... et ces petits supporters n'étaient certainement pas encore nés. C'est dommage, ils avaient un super slogan.


RÈGLE 2: Il est interdit de porter des snoods sur le terrain

Vous connaissez les snoods? C'est l'accessoire à la mode cet hiver au Royaume-Uni. Snood désignait autrefois une sorte de mantille, mais maintenant c'est devenu une écharpe-tube qui tient bien chaud en ces températures glaciales...

Snoods

 

Il existe aussi une version sport du snood – vous savez, ces cols que l'on met quand on va skier? Eh bien beaucoup de footballers, comme Carlos Tevez de Manchester City ci-dessous, se sont mis à l'utiliser pendant les matchs cet hiver. On les comprend, le thermomètre est en dessous de zéro la plupart du temps...

Image_2

Et bien les snoods, c'est à présent INTERDIT sur les pelouses de Manchester United. L'entraineur Alex Ferguson dit que les snoods, c'est pour les powder puffs (les disques en cotons pour se maquiller: expression similaire à c'est pour les filles...) "Real men don't wear things like that. Get 'em off." (Les vrai mecs ne portent pas des trucs comme ça. Enlevez moi ça.) Lire l'article du Sun.


RÈGLE 3: Ne jamais sous-estimer les équipes d'amateurs

Une petite équipe de Manchester est en train de mettre un grand but libérateur dans la gueule du football-business, celui des places à £500, des footballeurs millionnaires et des transferts aux coûts exorbitants... Leur idée: revenir à l'essentiel du foot, c'est-à-dire un sport, et une communauté partageant la joie de supporter une équipe.

Fondé en 2005 par des supporters de Manchester United qui n'acceptaient pas que le rachat du club par des Américains, FC United of Manchester est un organisation à but non lucratif et démocratique, dont le but est d'être abordable et accessible à tous. Les tickets aux matchs à Gigg Lane près de Manchester coûtent £8 pour les adultes, £5 pour les étudiants et seniors, £2 pour les moins de 18 ans. Une carte de membre annuelle coûte £12 et permet à l'adhérent de voter sur des sujets comme le prix des billets.

Image_5
Photo: Gary Calton for The Observer

Les supporters de FC United pensent qu'un club de football devrait exister pour le bénéfice de ses supporters et de la communauté locale, et s'engage dans toute une séries de projets pour sa communauté. En ce moment ils font campagne pour récolter de l'argent pour construire leur propre stade de foot. Les joueurs – qui hors terrain sont conseillers financier ou ouvriers – gagnent £80 par semaine (Wayne Rooney gagne £200,000 par semaine).

Et cela marche: le 5 Novembre FC United a battu Rochdale AFC, un team 95 places au-dessus d'eux dans la football league. Avec une conscience claire, le support le plus total de ses supporters et de sa communauté, cinq trophées et plus de 400 buts en 4 saisons, FC United serait-il le futur du football Britannique?

> Lire cet excellent article du Observer sur phénomène du FC United of Manchester