PhonePhonePhone


Cela fait depuis que j'ai commencé ce blog que je me dis qu'il faut absolument que je vous parle des red phone boxes,  symbole britannique par excellence. Si vous êtes venus à Londres en touristes, et que vous ne vous êtes pas pris en photo dans une de ces cabines... et bien il faut revenir tout de suite. C'est obligatoire.

La première telephone box, la K1 (elles ont toutes un K pour kiosk suivit d'un numéro) est apparue en 1920; elle avait des petites fioritures sur le dessus. C'est en 1924 que nait la star des phone boxes, la K2 de Sir Giles Gilbert Scott, l'architecte responsable de la Battersea Power Station (et le petit fils de l'architecte de St Pancras). Elle est d'un style classique, inspiré en partie par la tombe de l'architecte et collectioneur Sir John Soane. Comme elles coutaient cher, seules 1,500 de ces cabines K2 ont été installées, pour la plupart à Londres. Sa descendante la K6, plus petite et moins chère, est apparue en 1936 et s'est vite retrouvée sur tous les coins de rues du pays. Vous pouvez voir le prototype de Scott sous une arche de la Royal Academy of Art sur Picadilly à Londres.

À présent il y a plus de 63,000 boxes au Royaume-Uni – mais bien sûr il y a eu bien d'autres sortes de kiosks depuis le K6. Voici une jolie illustration des différentes cabines britanniques:

Image 2

Pour plus d'information sur les différents designs et leur histoire, visitez le très beau site Elettra.

Il y en a de toute sorte, et elles sont placées vraiment partout:

Image 1

Voir toutes ces images prises par Robert de Redphonebox.info sur Flickr

Et colonies britanniques aidant, on trouve des K6 tout autour du monde:

Image 11 Image 2
Photo: Antigua, © Jeff R. Clow; freshphotographer.co.uk

Le problème évidemment, c'est qu'en 2011 tout le monde a un portable, et qu'elles sont donc de moins en moins utilisées  – à part à Soho, où elles servent de panneaux pour les cartes de prostituées. Ce qui est d'ailleurs l'idée de base derrière cette jolie installation de l'artiste Ben Long, Poubelle de Jour:

Image 6 Image 7

Long a passé deux ans à ramasser plus de 500,000 flyers, à présent bien rangés dans une K6. Ce n'est pas le seul artiste à avoir été inspiré par la fameuse cabine de téléphone. David Mach a installé des K6 en domino à Kingston-upon-Thames:

Image 8
Photo: Eddie Keogh, Reuters

Et l'incontournable Banksy s'est pris très violemment à l'icone nationale à plusieurs reprises. Après l'avoir fait fondre, et sortir de terre, il l'a attaquée avec une pioche, la pauvre:

Image 9

Les cabines de téléphone peuvent être pratiques pour ceux qui ont des idées plus paisibles. Le millionnaire Stephen Fear, a lancé sa propre compagnie à 17 ans, depuis le K6 au bout de sa rue. Il y avait accroché un panneau "en panne", installé une chaise, et avait même convaincu une amie de prétendre être sa secrétaire. Le voici devant sa cabine:

Image 10

Bien sûr, s'il avait 17 ans aujourd'hui, il aurait son propre Blackberry. C'est à cause de cette évidence que British Telecoms cherche à se débarrasser de ses cabines téléphoniques. Sa campagne Adopt a phone box permet à des villes et villages de prendre en charge les K6 sur leur commune, et de les utiliser comme bon leur semble. Ce qui veut dire que certaines phones boxes britanniques ont été transformées en tout et n'importe quoi ces dernières années.

Par exemple, à Draughton, dans le North Yorkshire, les villageois se sont mobilisés après la fermeture de la seule épicerie/poste du village. Un épicier d'un village d'à côté livre lait, conserves, biscuit et journaux à la cabine chaque matin, et les 250 habitants viennent chercher ce qu'il leur faut et laissent de l'argent dans une caisse. Ils peuvent aussi payer par carte par téléphone s'ils passent commande de quelque chose en particulier.

Image_3Image_2
Photos: Ross Parry Agency

De Point en Cornouailles , à Westbury, Somerset, à Horsley, dans le Surrey, et dans beaucoup d'autre villes britanniques, on a transformé le K6 en petite bibliothèque publique, où les gens du quartier peuvent venir chercher de quoi bouquiner. À Toot Hill, Essex, la cabine est devenue l'office du tourisme du villlage. Selon BT, il y d'autres exemples de phone box transformées en galerie d'art. Certains sont même équipées de défibrillateurs grâce au Community Heartbeat Trust. D'autre encore sont à présent des bancomats.

Si vous voulez votre propre K6, plusieurs compagnies les réparent et les louent (Unicorn Kiosks; Remember When UK); d'autres vendent des copies (The Phoney Box) pour mettre dans votre jardin peut-être. Et on peut aussi les transformer en bar ou même en douche! Vous n'avez pas la place? Des autocollants comme celui là sont aussi disponibles. Pas de mur libre? Il faudra vous rabattre sur un porte-clés en vente dans tous les magasins de souvenirs de Londres.

PS Ce week-end à Tottenham (et à Enfield) dans le nord de Londres, ces pauvres cabines – et les magasins du coin – se sont fait incendier! Il y a eu des émeutes très graves, causée par la mort d'un des habitants, tué par la police (selon eux en self-defence). Des évènements qui se sont ensuite déclinés dans d'autres quartiers de Londres...