Nowhere-boy

Coup de coeur pour Nowhere Boy, le premier long-métrage de l’artiste contemporaine Sam Taylor-Wood, sorti en 2009. C’est l’histoire du jeune John Lennon, un adolescent qui se trouve déchiré entre sa tante Mimi qui l’a adopté, et sa mère Julia qu’il vient de retrouver. C’est grâce à cette dernière, qui lui donne des cours de banjo alors qu’il s’est fait renvoyé de l’école pour mauvaise conduite, qu’il se découvre peu à peu un talent pour la musique.

C’est un film touchant, porté par d’extraordinaires performances des acteurs. Aaron Johnson joue Lennon avec aplomb (il a par ailleurs fait scandale ici en fondant une famille avec Taylor-Wood, de 20 ans son ainée), et deux de mes actrices britanniques préférées se partagent les rôles féminins: Kristin Scott Thomas joue Tante Mimi, stricte et coincée mais avec un coeur grand comme ça; Anne-Marie Duff joue Julia, une fan de rock’n’roll qui croque la vie à pleines dents, parfois un peu trop.

Image 5

En bonus dans les second roles, on a le droit à David Threlfall qui réussi à nous faire aimer son personnage (l’oncle de John) en seulement une poignée de minutes à l’écran, et Thomas Brodie Sangster (le petit blondinet tout mignon de Love Actually) qui se transforme en un Paul McCartney émouvant. J'ai beaucoup aimé également la cinématographie, et les décors très réussis.

Image 2

La bande son est très sympa (Screamin’ Jay Hawkins, Buddy Holly, Fats Domino), mais ne vous attendez pas à un documentaire sur les Beatles. C'est un film sur un jeune ado de Liverpool et la naissance de son groupe de rock. Quoique très traditionnel, Nowhere Boy apporte un nouveau regard sur un moment historique dans l’histoire de la musique.

Voici la bande-annonce...

Et vous, vous avez aimé?