Image 4
Photo: la grève générale de 1926, DM

Les Anglais adorent se moquer des Frenchies qui font grève à tout bout de champ, mais aujourd'hui on va voir de quoi ils sont capables: presque 2 millions d'employés du secteur public sont en grève ce mercredi contre la réforme des pensions. La plupart des écoles ou des tribunaux seront fermés aujourd'hui, les hôpitaux fonctionneront au minimum et les opérations non essentielles sont annulées, les douanes d’aéroports aussi. Une grande manifestation partira de Lincoln’s Inn Fields à midi et se dirigera vers Victoria Embankment. Seul les pompiers sont encore en discussion avec le gouvernement.

Cette grève a lieu aujourd'hui car c'est le jour d'après le discours d'automne du ministre des finances Georges Osbourne, qui a confirmé un gel des salaires et la venue de plusieurs années très difficiles (Les experts prédisent tous une hausse du chômage et une baisse des dépenses des ménages pour l'année prochaine). La grève sera sans doute la plus importante depuis la General Strike de 1926. D’après un sondage récent, les grévistes ont le soutient de 61% de la population. Ils en auront besoin, et doivent vraiment être au bout du rouleau, car l’histoire des grèves britanniques est surtout faite de grandes défaites pour les travailleurs. Petit récapitulatif:


La bataille de George Square, 1919

Image 2
Les tanks sont de sorties à Saltmarket à Glasgow

Les mineurs écossais ne veulent pas travailler moins: lorsque le gouvernement décide de passer d’une semaine de 54h à une semaine de 40h (pour faire baisser le taux de chômage après la première guerre mondiale), les travailleurs se révoltent. Il y a émeute, l’armée intervient, et finalement tout le monde se met d’accord pour une semaine de 47h. La gauche gagne les élections suivantes.

Black Friday, 1921

Image 3
Des chalutiers bloqués au port de Milford pendant la grève de 1921

Les syndicats des travailleurs du rail et des transports abandonnent les mineurs et les dockers qui se battaient contre la baisse de leurs salaires. A cette époque, le charbon est encore un produit crucial utilisé comme chauffage et source d'énergie pour les locomotives etc. Seuls contre le gouvernement, les mineurs doivent attendre 1925 pour une subvention permettant de maintenir leurs salaires.

General strike, 1926

Image 1

Cette grève générale, contre la baisse des salaires et les conditions de travail des mineurs, a duré 9 jours. Malheureusement, ce fut un échec total. Beaucoup de grévistes ne retrouvèrent jamais de travail, et les mineurs toujours au charbon furent forcés d’accepter de travailler plus longtemps pour moins d’argent.

Industrial actions, 1970s


Image 8

Dans les années 1970s, plusieurs professions font grève séparément. Durant la Colour Strike, les techniciens de la chaîne télé ITV, refusent de diffuser en couleur pendant plusieurs mois pour protester contre leurs salaires. Ensuite c’est au tour des postiers puis des journalistes et imprimeurs de faire grève dans ce que l'on a appelé la Wapping Dispute (les nouvelles technologies mettant en cause les postes de beaucoup d’employés). Là encore, les grévistes ont perdu. À part beaucoup de violence et de nombreuses arrestations, la seule conséquence c'est de faire perdre à l'union des imprimeurs son contrôle sur l'industrie.

Winter of Discontent, 1977-1978

Image 9

Lorsque pour combattre l’inflation le gouvernement propose un gel des salaires, le secteur public et les syndicats se révoltent: les routiers arrêtent de travailler, les stations essence ferment, les magasins se vident, les poubelles restent dans la rue. Tout cela durant un hiver très froid. La faiblesse du gouvernement de gauche face à cette situation est l’un des principaux facteurs aidant l’élection de Margaret Thatcher.

UK Miners’ strike, 1984-1985

Image 6

Dans les années 1980s, comme partout en Europe, l’industrie du charbon était subventionnée par l’état en Angleterre. La plupart des mines étant déficitaires, le gouvernement décide de les fermer. L’un après l’autre, les pits ferment, et les mineurs se mettent en grève. Ils résistent pendant un an, durant lequel le gouvernement les fait crever de faim, en gros. Sans revenus, eux et leurs familles survivent grâce à des organisation caritatives et des subventions de la CEE. Le film et la comédie musicale Billy Elliott se déroule pendant cette période. Résultat: les mines furent fermées, et la grève se termina en une énorme victoire politique et idéologique pour Margaret Thatcher.

 

Aujourd’hui ce n’est plus les mineurs sans avenir, ou des professions mises en péril par de nouvelles technologies qui font grève, mais des profs, douaniers, infirmiers et juges. Une foule de gens symbolisant le ‘squeezed middle,' Cette expression, élue mot de l’année 2011 (voir la liste 2010), désigne les classes moyennes souffrant particulièrement du climat économique, des coupes budgétaires et gels de salaire. Voyons donc jusqu'à où on peut les squeezer.

Mise à jour: C'était effectivement la plus grande grève générale depuis 1926, comme l'explique cet article de la BBC. Il y avait plus de 30,000 grévistes manifestant à Londres. Et on en a entendu de belles: pour le premier ministre Cameron, c'était 'futile' et 'a damp squib' (un pétard mouillé). Le présentateur de Top Gear, Jeremy Clarkson, a dit des grévistes "I'd have them all shot. I would take them outside and execute them in front of their families." (Je les ferais tous tuer. Je les ferai sortir dehors et les exécuterai devant leur famille.) Dave Prentis, secrétaire général d'Unison, réplique: 'Whilst he is driving round in fast cars for a living, public sector workers are busy holding our society together - they save others' lives on a daily basis, they care for the sick, the vulnerable, the elderly. They wipe bottoms, noses, they help children to learn, and empty bins. They deserve all our thanks - certainly not the unbelievable level of abuse he threw at them' (Alors que lui gagne sa vie en conduisant des voitures de course, les travailleurs du secteur public sont occupés à maintenir l'union de notre société – ils sauvent des vies chaque jour, ils s'occupent des malades, des personnes vulnérables, des personnes agées. Ils torchent les derrières, les nez, ils aident les enfants à apprendre, et vides les poubelles. Ils méritent nos remerciements, et certainement pas ces incroyables insultes.')

Le secrétaire général du syndicat TUC a dit: 'Uniting so many people in such strong opposition to their pension plans should give the government pause for thought.' (L'union de tant de gens en un mouvement d'opposition si fort devrait donner à réfléchir au gouvernement.) Chris Hill, directeur d'école à Hounslow, explique que son équipe a fait grève pour la première fois. 'It's not a decision we take lightly but we have to take a stand.' (Ce n'est pas une décision que nous avons pris à la légère, mais nous devons prendre position.)