Prism


Tout le monde connaît Isaac Newton et ses histoires de pommes (et de lumière, cf ci-dessus), mais saviez-vous que des siècles après les découvertes du génie, la physique est toujours une spécialité toute britannique? Considéré par beaucoup comme le plus grand des physiciens, Newton a touché à tout,  du calcul différentiel à la loi de la gravité, mais ses confrères britanniques ont découvert toutes sortes de choses sur l'élasticité (Robert Hooke, 1670s); l'électricité et le magnétisme (Michael Faraday, 1810s); la conservation de l'énergie (James Prescott Joule, 1850s); zéro absolu et thermodynamique (Lord Kelvin, 1840s); la lumière et l'électromagnétisme (James Clerk Maxwell, 1860s)...

Est ensuite venu le temps des Prix Nobels de physique. Le UK en a une belle brochette, reçus par John Willam Strutt, qui accessoirement a expliqué pourquoi le ciel est bleu et écrit la Théorie du Son, pour sa découverte de l'argon (1904); J J Thomson, pour sa découverte des électrons, isotopes et du spectromètre (1906); William Henry Bragg and William Lawrence Bragg, père et fils, et Charles Glover Barkla, pour leurs analyses des rayons X (1915 et 1917); Charles Thomson Rees Wilson, inventeur de la chambre à brouillard, le premier détecteur de particules (1927); Owen Willans Richardson pour son travail sur les émissions thermoïoniques (1928); Paul Dirac pour son équation sur l'électron qui mena à la découverte de l'antimatière (1933); James Chadwick, pour sa décourverte du neutron (1935); George Paget Thomson, pour la découverte de la diffraction des électrons par les cristaux (1937); Edward Victor Appleton, pour son travail sur les ondes radio et la haute atmosphère (1947); Patrick Blackett, spécialiste des rayons cosmiques (1948); Cecil Frank Powell, découvreur du pion et auteur de méthodes photographiques servant à l'étude des processus nucléaire (1950); John Douglas Cockcroft, pour ses travaux sur les noyaux atomiques et donc l'énergie atomique (1951); Dennis Gabor, inventeur de l'holographie (1971); Brian David Josephson, pour ses travaux sur les supraconducteurs (1973); Martin Ryle et Antony Hewish pour leurs découvertes astronomiques (1974); et sir Nevill Françis Mott, spécialiste des semiconducteurs (1977).

Plus récemment, Anthony Leggett a gagné un Nobel pour ses théories sur la physique des basses températures en 2003; et les professeurs Andre Geim et Konstantin Novoselov, tous deux d'origine russe mais travaillant à l'université de Manchester, ont reçu un prix pour leur découverte du graphene, le nouveau matériau miracle, un cristal de carbone 200 fois plus fort que l'acier.

Vous pensez que tout est barbant et ne concerne qu'une poignée de blouses blanches?

Pas du tout. Ici certains physiciens sont des stars. Le plus connu sans aucun doute c'est Stephen Hawkins, véritable trésor national. Il y a quelques semaines, son anniversaire (70 ans) a fait la une des journaux. Ce professeur de mathématique à Cambridge, spécialisé dans la cosmologie et les trous noirs, est en fauteuil roulant et parle avec une voix de robot. Il est aussi le plus grand vulgarisateur scientifique du pays: son best-seller A Brief History of Time est resté en tête des ventes pendants des mois et des mois (plus de 9 millions d'exemplaires ont été vendus). Vous pouvez l'écouter partager sa passion au TED Talks:

'We are just an advanced breed of monkeys on a minor planet of a very average star. But we can understand the Universe. That makes us something very special.' (Nous somme juste un race avancée de singe sur une planète sans importance d'une étoile moyenne. Mais nous pouvons comprendre l'univers. Cela fait de nous quelque chose de spécial) dit Hawkins. Bien qu'étant une tête Hawkins a quand même perdu un pari à cause de Peter Higgs, un professeur écossais et la nouvelle star de la physique britannique. Vous en avez sûrement entendu parler, le CERN vient juste de confirmer que sa théorie d'un champs invisible à travers l'espace, qui donnerait une masse aux particules de l'univers, serait valide.

Et le nouveau petit sur les épaules de ces géants c'est le jeune Brian Cox, physicien des particules, grand fan du CERN et de Star Wars, ancien membre du groupe de pop D:Ream, et présentateur télé craquant. Avec son petit accent du nord trop mignon, et son enthousiasme débordant, il a partagé sa passion de la science avec les Britanniques petits et grands. Sa série Wonders of The Universe pour la BBC, diffusée l'année dernière, a été un véritable  hit au UK. Regardez le défendre la recherche scientifique sur TED:

D'autres présentateurs comme Jim Al-Khalili sont aussi très populaires, et il y a très souvent des émissions de vulgarisation scientifique à la télé. Tout cela a comme effet de rendre la physique troooop cooooool. Pour vous dire, même moi (Bac L, incapable de retenir quelque chiffre que ce soit) m'y suis mise – m'enfin faut pas trop me demander d'expliquer le model standard hein. Et comme l'explique cet article de la BBC, grâce à Brian Cox et co, le nombre d'étudiants en physique ne fait qu'augmenter. Pour la première fois depuis 2002, la physique est dans le top ten des sujets les plus populaires pour les A-levels. Le nombre d'étudiants postulant pour des diplômes universitaires en physique et en astronomie a augmenté de 17% et 40% respectivement l'année dernière. Peut-être que la découverte du Higgs boson va faire monter ces chiffres encore plus...