Image 1
Photo: Carl Court/AFP/Getty Images

Vous vous souvenez peut-être, il y a quelques temps je vous disais qu'il ne pleuvait pas tant que cela en Angleterre. Et bien cet hiver tous les records de précipitations ont été battus, et je dois donc en manger mon chapeau (imperméable). En effet cela fait depuis décembre 2013 qu'il pleut – je crois, sans exagérer, qu'il n'y a eu que deux jours de beau temps ici depuis Noël. C'est un véritable déluge: c'est l'hiver le plus humide depuis... 1766 (date à laquelle remonte les premières statistiques).

Vendredi et samedi dernier il est tombé en deux jours autant de pluie que durant un mois de janvier moyen, et la Met Office pense que ce mauvais temps va continuer jusqu'en mars. Et tout le pays est touché, à part dans le nord, où ils ont "seulement" de la glace et de la neige... Voici une carte des alertes aux inondations datée de ce lundi:

Image 4

Impressionnant n'est-ce pas? Vous pouvez voir des photos sur The Big Picture, et aussi sur la BBC.

Image 2

Image 3
Photos: Rob Stothard/Getty Images

Les inondations ont commencé par frapper le sud-ouest de l'Angleterre, dans le Somerset (ci-dessus), mais aujourd'hui c'est la grande banlieue ouest de Londres qui est touchée, de nombreuses petites villes au bord de la Tamise étant à présent sous les eaux, et ce probablement pour des semaines encore.

La BBC a préparé un très bon article qui décrit tous les évènements depuis la première tempête d'octobre, rappelant qu'il n'y a pas seulement des inondations mais aussi des vents de 112km/h qui empêchent de marcher dans la rue:

Image 5

Et des vagues énormes qui détruisent maisons, rochers et pans de falaises:

Image 8

En tous cas de nombreuses régions du pays sont inondées...

Image 6

Image 7
Photos: PA

Et beaucoup cherchent déjà des coupables: certains critiquent des coupes budgétaires et licenciements à la Environment Agency, d'autres le manque d'investissement dans le dragage des rivières, et d'autres encore les mauvaises pratiques agricoles qui empirent le problème. Mais comme le rappelle cet article, les inondations ne font pas que des malheureux...

Au prochain numéro, je vous expliquerai pourquoi Londres, étant pourtant située sur l'estuaire de la Tamise, échappe pour le moment à ces inondations...